(2009) Interconnexion universelle étatisée en santé au Royaume Uni, une mauvaise idée ?

Publié le 07.09.2009 | Mise-à-jour le 14.01.2013 | par Hélène Fagherazzi-Pagel

Parce que le patient devrait être au coeur du dispositif, à tous ses niveaux


Un rapport qu’on décrit comme "démanteleur" critique l’informatisation centralisée des données médicales. On bâtit le dossier électronique (ou le DMP DMP Le dossier médical personnel est un concept issu des NTIC en santé comprenant le dossier médical électronique nominatif sécurisé. ) partout en Europe. Le projet de départ des National Institute of Health (NIH), rêve de la majorité des gestionnaires et analystes de tout système de santé consistait au préalable à centraliser les données médicales de tous les citoyens britanniques. Il s’agit du programme : National Programme for Information Technology (NPfIT).

Trop cher, ayant pris un retard énorme, ce projet piétine et certaines alternatives sont proposées dans ce rapport, notamment la gestion du dossier par le malade, comme ce qui est prévu pour le DMP en France.

Le projet propose en particulier un registre pour mieux prendre en charge toutes les maladies chroniques, effectuer statistiques et bénéficier au mieux des NTIC en santé NTIC en santé Nouvelles technologies de l’information et de la communication en santé. Convergence de l’informatique et du multimédia permettant la « télésanté » (traitement, stockage, diffusion et échange de l’information). . Les auteurs soulignent le fait que de nombreux patients utilisent déjà ce que la technologie a de meilleur à leur offrir (par exemple, la surveillance à distance - télémédecine, télésanté Télésanté La télésanté est en bref un accès à plus de santé par des voies informatiques. , e-santé e-santé L’e-santé comprend : "l’aide à l’information, la simplification de procédures, la gestion, l’archivage, la formation, la connaissance, le conseil, la prévention, l’échange, la prise en charge, la décision, au diagnostic, au traitement, à l’intervention, au suivi, etc." Voir la rubrique "Glossaire". ). Des progrès fulgurants ont été accomplis dans ces domaines et leurs résultats furent concluants. Les auteurs du rapport rappellent combien le patient peut devenir expert de sa propre santé, quand la complexite, les polypathologies et les polymédications sont la norme.

L’idée de ce programme créé en 2002 par le Parti travailliste était - et reste - la délivrance de meilleures prestations de santé, mais ce rapport démontre le besoin d’adaptation du projet à l’informatisation (sécurisation des données) et aux souhaits des patients (avec ce que cela implique aussi d’efficience Efficience "Dimension économique de l’efficacité pratique où les conséquences - ou les résultats - d’une intervention sont reliés à l’utilisation qui est faite des ressources"[...]. , avec autosoins Autosoins Stratégie acquise par le patient pour gérer sa santé en vue de l’améliorer. Le malade apprend à s’autosoigner. ).

Le fait que les médecins généralistes (general practitionners, GP, en anglais), délivrant des soins de santé primaires Soins de santé primaires Equivalent en français de "Soins de premier recours". Ce terme issu de la littérature anglaise (primary care) désigne les soins de première ligne, porte d’entrée vers tous les soins plus spécialisés. Voir le Glossaire. , soient tous salariés au Royaume Uni, facilite ce type de projet.


Source :

O’Brien, S., Hayes, G., (2009), Independent Review of NHS and Social Care IT.

Voir le document en ligne Independent Review of NHS and Social are IT sur le site d’information e-health.

Voir aussi le site du Parti conservateur.

Voir aussi notre article sur le programme de relance du DMP, France.


Documents joints