(2009) "L’éducation thérapeutique intégrée aux soins de premiers recours"

Publié le 17.12.2009 | Mise-à-jour le 06.05.2010 | par Hélène Fagherazzi-Pagel

Donner aux étudiants, futurs soignants, les outils pédagogiques pour établir une relation éducative avec le patient, et d’autres innovations


Le titre du rapport remis par la commission spécialisée "Maladies chroniques" (CSMC) du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) recommande d’intégrer cette démarche en soins de santé primaires Soins de santé primaires Equivalent en français de "Soins de premier recours". Ce terme issu de la littérature anglaise (primary care) désigne les soins de première ligne, porte d’entrée vers tous les soins plus spécialisés. Voir le Glossaire. (soins de premier recours Soins de premier recours Comme son nom l’indique, le médecin généraliste est le soignant de l’offre de soins de premier recours. ).

Un groupe de travail présidé par le docteur Brigitte Sandrin-Berthon, la présidente de la CSMC du HCSP, a remis ce rapport en novembre 2009.

Une recommandation innovante : l’enseignement de l’éducation thérapeutique, concept multidisciplinaire par excellence, aux confins des sciences humaines (sciences de l’éducation, psychologie Psychologie , éthique, communication, etc.), lors des études en sciences de la santé (médecins et autres professionnels).

L’éducation thérapeutique s’adresse aux patients atteints essentiellement de maladies chroniques, comme le diabète, l’asthme, l’hypertension artérielle, etc. L’auto-prise en charge (autosoins Autosoins Stratégie acquise par le patient pour gérer sa santé en vue de l’améliorer. Le malade apprend à s’autosoigner. ) peut être améliorée de façon sûre par une relation éducative suivie entre le patient et les soignants.

Un extrait :

Le HCSP considère qu’une éducation thérapeutique sera véritablement intégrée aux soins lorsqu’elle présentera les caractéristiques suivantes :

  • être permanente, présente tout au long de la chaîne de soins, intégrée à une stratégie globale de prise en charge, régulièrement évaluée et réajustée ;
  • faire l’objet d’une coordination Coordination et d’un partage d’informations entre soignants ;
  • être accessible à tous les patients, sans obligation d’adhérer à un programme particulier pour en bénéficier ;
  • être ancrée dans la relation soignant/soigné, faire partie intégrante des activités de tout soignant en étant adaptée au contexte de chaque soin, être fondée sur l’écoute du patient, sur l’adoption par le soignant d’une posture éducative ;
  • être centrée sur le patient et non sur des contenus d’apprentissage ;
  • s’appuyer sur une évaluation partagée de la situation, entre patient et soignants, et sur des décisions concertées ;
  • se construire à partir d’une approche globale de la personne qui prend en compte les besoins, les attentes et les possibilités du patient et de son environnement, dans leurs dimensions physiques, psychologiques, culturelles et sociales ;
  • être officiellement reconnue et valorisée : mentionnée dans les recommandations professionnelles relatives aux différentes pathologies, financée dans le cadre des pratiques professionnelles et des activités de recherche, enseignée aux professionnels de santé en formation initiale et continue. (Synthèse, Cf., page 11)

Télécharger le rapport L’éducation thérapeutique intégrée aux soins de premier recours sur le site du Haut Conseil de la santé publique (HCSP).