(2009) Maison médicale - Conseils étatsuniens pour créer une maison médicale

Publié le 21.01.2010 | Mise-à-jour le 06.05.2013 | par Hélène Fagherazzi-Pagel

En provenance des États-Unis : la médecine générale "du futur" passe par la concrétisation de la maison médicale idéale (voir maison de santé pluridisciplinaire maison de santé pluridisciplinaire Ces maisons visent à offrir aux citoyens, sous le même toit, une prise en charge coordonnée par un regroupement de professionnels de santé : médecins, kinésithérapeutes, diététiciens, infirmiers, etc. Voir aussi le glossaire. (MSP), m-à-j 2013)


Ces maisons seraient, selon un article récent étatsunien, censées augmenter le revenu des médecins, par une meilleure productivité et une meilleure efficacité. Si on cite des termes de l’article : "commencez par augmenter les recettes et vous obtiendrez des soins de meilleure qualité..." Nous sommes dans un pays où le système de santé est différent de celui de la France.

Les auteurs rappellent les 11 éléments clés, parus en 2004, qui sont censés synthétiser le "modèle" idéal de soins :

Ils proposent, en 2009, pour les États-Unis, les 10 étapes pour une maison médicale centrée sur le patient :

  • Etape 1 : Améliorer la documentation et le codage (NTIC en santé, DMP, codage, qui ne fait pas partie du rôle coeur de la médecine générale en France, Ndlr)
  • Etape 2 : Embaucher plus d’infirmières ou d’assistants médicaux (ces derniers ont un rôle bien différent de l’assistant médical français, car ils effectuent des actes médicaux et exercent une véritable profession de santé intermédiaire ; ils n’existent pas en France, et ne sont pas prêts d’exister, car une formation longue doit être assurée, Ndlr)
  • Etape 3 : Optimiser les prises de rendez-vous (avec des logiciels de remplissage, comme pour tout service en 2009 (stades, concert, train ? Ndlr))
  • Etape 4 : Augmenter le nombre de patients vus par un médecin et augmenter dans le même temps son revenu (avec l’aide d’assistants dûment formés) ; (cette notion est choquante en France (les conditions : être toujours payé à la consultation, existence d’assistants médicaux, Ndlr))
  • Etape 5 : (facultatif) Etendre les horaires d’ouverture
  • Etape 6 : Acheter et implémenter un système d’information (25 000 euros par médecin, dit le document, Ndlr)
  • Etape 7 : Débuter des soins par population de façon systématique pour la prise en charge des malades chroniques ou la prévention (notion de rôle en santé publique, Ndlr)
  • Etape 8 : Acheter et mettre en œuvre un portail destiné aux patients (e-santé e-santé L’e-santé comprend : "l’aide à l’information, la simplification de procédures, la gestion, l’archivage, la formation, la connaissance, le conseil, la prévention, l’échange, la prise en charge, la décision, au diagnostic, au traitement, à l’intervention, au suivi, etc." Voir la rubrique "Glossaire". par excellence, pas usité, ni fréquent en France, sinon pour des maladies comme l’insuffisance rénale chronique (expérimentations), Ndlr)
  • Etape 9 : Collaborer avec les systèmes de santé locaux pour créer des liens électroniques (il existe la Commission nationale informatique et liberté en France (CNIL), qui examine des projets dans ce sens, attention à la confidentialité, Ndlr)
  • Etape 10 : Améliorer la gestion des patients à coût élevé (les malades chroniques graves ayant des pathologies coûteuses, ce qui est le cas des cancers, Ndlr)

    Source : Kuzel, A.J., (2009). Ten Steps to a Patient-Centered Medical Home. Family Practice Management. 9 octobre 2009. Télécharger l’article sous forme électronique, dernier accès en janvier 2010.