(2010) Dossier médical personnel, structuration des données des dossiers de médecine générale

Publié le 17.03.2010 | Mise-à-jour le 25.06.2010 | par Hélène Fagherazzi-Pagel

Informatisation des données de santé en amont de la prise en charge des maladies chroniques : un préalable à toute gestion (ASIP Santé, DMP DMP Le dossier médical personnel est un concept issu des NTIC en santé comprenant le dossier médical électronique nominatif sécurisé. )


Comment suivre un patient dans le temps, partager l’information entre professionnels, c’est à dire intervenir sur un même dossier pour une meilleure qualité de soins, sinon en mettant l’informatique au coeur de la culture de chaque professionnel ?

Le choix des outils d’e-santé e-santé L’e-santé comprend : "l’aide à l’information, la simplification de procédures, la gestion, l’archivage, la formation, la connaissance, le conseil, la prévention, l’échange, la prise en charge, la décision, au diagnostic, au traitement, à l’intervention, au suivi, etc." Voir la rubrique "Glossaire". , s’ils sont ergonomiques, permettront d’obtenir l’adhésion de tous : professionnels des diverses spécialités, paramédicaux ET patients (qui auront accès à leur dossier). Aujourd’hui, se pose la question de la structure du dossier en cabinet de ville. Les spécificités de la médecine générale en termes scientifiques, techniques, sociologiques et économiques, vont être inscrits dans ce qui devrait être un cahier des charges extraordinaire.

Le raisonnement en soins de santé primaires Soins de santé primaires Equivalent en français de "Soins de premier recours". Ce terme issu de la littérature anglaise (primary care) désigne les soins de première ligne, porte d’entrée vers tous les soins plus spécialisés. Voir le Glossaire. et le dossier de médecine générale ont déjà fait l’objet d’une structuration, d’un système de codage.

Le site de l’Agence des systèmes d’information partagées de santé (ASIP Santé) recèle de nombreux communiqués de presse et tout l’historique de cette organisation tournée vers le futur. C’est un groupement d’intérêt public qui a déjà joué un rôle majeur pour la place de la carte de professionnel de santé (CPS) dans la sécurité des données. Cette agence est issue de la réforme de la gouvernance des systèmes d’information de santé. Elle travaille aussi avec la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) (secteur médico-social).

Ce qui est nouveau, depuis le 16 mars, c’est que la Société française de médecine générale (SFMG) propose de travailler à la structuration des données du dossier des médecins généralistes, en collaborant avec l’ASIP Santé. Le but est d’arriver, d’ici 2011, à produire le compte-rendu de médecine générale informatisé pour alimenter le dossier médical personnel (DMP DMP Le dossier médical personnel est un concept issu des NTIC en santé comprenant le dossier médical électronique nominatif sécurisé. ). Une convention a été signée entre les deux parties.

Tous ces acteurs doivent désormais, selon l’ASIP Santé, collaborer en "cohérence avec un cadre national :

  • référentiels d’interopérabilité ;
  • identifiant national de santé ;
  • mobilisation des acteurs ;
  • accompagnement des utilisateurs..."

C’est le Dr Philippe Szidon, directeur du projet à la Société française de médecine générale qui est en charge, avec l’ASIP Santé, de coordonner des outils adaptés à la pensée médicale, à la pratique médicale, à la culture médicale... Un vaste chantier.


Sources :

Voir le communiqué de presse sur le site de l’ASIP Santé.

Voir (mise à jour le 25 juin 2010 : le lien vers le portail e-santé du gouvernement.

Voir aussi :

Voir aussi cet intéressant dossier dans Le Bulletin de l’Ordre des médecins de janvier 2008. Réussir l’informatisation en santé : un défi. Le professeur de santé publique Marius Fieschi y est interviewé. Ses doutes seraient en partie levés par ce cadre général enfin posé.