(2010) Du sport à l’hôpital d’enfants, tout d’abord pour une meilleure qualité de vie

Publié le 19.05.2010 | Mise-à-jour le 25.05.2010 | par Hélène Fagherazzi-Pagel

Les bienfaits d’une activité physique adaptée chez les enfants et les adolescents atteints de maladie chronique sont en cours d’étude


L’étude ACTIV’HOP qui a débuté en 2008 à Nancy (Meurthe-et-Moselle) permet cette année de démontrer les bienfaits (souhaités) d’une activité physique sur mesure chez les enfants et les adolescents hospitalisés.

On a enrôlé près de 350 enfants dans cette étude faite en collaboration étroite avec la faculté des sports de Nancy. L’intervention de professeurs spécialisés, chaque jour,a été organisée autour des malades, avec une réelle approche centrée sur le patient Approche centrée sur le patient Modèle d’organisation des soins et des services en établissement de santé dans lequel tant l’environnement physique que l’organisation du travail sont étroitement adaptés aux besoins de la clientèle. . Le service d’hématologie et de cancérologie du CHU de Nancy a développé depuis 15 ans des activités physiques adaptées aux jeunes malades, c’est à dire proposées en toute sécurité et personnalisées.

L’hôpital a un rôle à jouer dans la promotion de la santé des enfants malades chroniques. Il doit aussi "penser" à la perception de la qualité des soins, à la satisfaction des usagers, qui est, on le sait, sous l’influence de facteurs presque inattendus.

L’étude évaluait :

On sait que le sport est "salutogène", c’est à dire générateur de bien-être. Il a des effets physiques (ou physiologiques, comme l’amélioration des fonctions vitales), mais aussi des effets psychologiques (l’enfant se sent comme un enfant en bonne santé). Ici, une étude randomisée (c’est à dire échantillon d’enfants choisis au hasard) et contrôlée (avec un groupe témoin qui "n’a pas eu droit" au sport) a démontré que ces activités sportives devaient être mieux connues, mieux comprises et plus développées.

Pour le dire autrement, un essai clinique à la méthodologie rigoureuse a prouvé qu’affronter une maladie chronique en pouvant faire du sport ou une autre activité physique à l’hôpital était un bienfait.

Evidemment, les enfants trop jeunes ou bien ceux pour qui le sport était contre-indiqué étaient hors critères d’inclusion dans l’étude ACTIV’HOP. Il fallait aussi que les enfants participent pour la première fois à cette étude.

On est admiratif sur l’étendue des activités proposées :

  • jeux de ballon (football, handball, Volleyball) ;
  • arts du cirque (jonglage, équilibrisme) ;
  • athlétisme, jeux de lancer (poids, javelot, disque),
  • arc et arme à feu (balles en plastique) ;
  • jeux de raquette (tennis, badminton, squash) ;
  • expressions corporelles diverses (danse, relaxation, gymnastique, stretching, massage) ;
  • sport de combat (boxe anglaise et française, escrime, karaté) ;
  • jeu vidéo (wii fit - qui permet de reproduire des mouvements) ;
  • "body building" (bicyclette, stepper, balle d’équilibre, haltères).

L’hypothèse fut confirmée : un enfant ou un adolescent qui a pratiqué un sport durant son hospitalisation pouvait mieux surmonter sa maladie. Celui qui s’était occupé (et dont on s’était occupé) se sentait mieux, et il gardait un meilleur souvenir de son hospitalisation.

Encore une initiative qui semble couler de source (comme l’hortithérapie pour les malades déments) : à l’hôpital, une activité sportive personnalisée chez des enfants malades chroniques est utile. Les enfants et adolescents se sentent mieux et ont une meilleure vision du monde des soins.

Cependant l’étude ACTIV’HOP n’est pas close. Il reste encore à déceler si de telles activités physiques adaptées pourraient aussi améliorer le cours de la maladie chronique elle-même.

On parle du sport en prévention des maladies chroniques, pourrait-on un jour l’envisager comme thérapeutique, dans le cas précis de ces enfants hospitalisés ?


Sources :

Speyer, E., Vuillemin, A., Herbinet, A., Chastagner, P., Briancon, S., (2010). Effect of adapted physical activity on health-related quality of life among hospitalized children and adolescents (the ACTIV’HOP randomized controlled trial) : design and methods. Contemp Clin Trials ; 31(2):165-71.

Bleich, S., Özaltin, E., Murray, C ., (2009). Quel lien existe-t-il entre la satisfaction à l’égard du système de santé et l’expérience des soins vécue par les patients ?. Bull World Health Organ ; 87:271–8.