• Accueil
  • Info-scientif.
  • Sociale psychologique
  • (2010) Hortithérapie - du latin Hortus (jardin) - ou "thérapie horticole" ou horticulture therapy - gardening - healing garden - horticultural therapy : des initiatives méconnues concernant la prise en charge des malades chroniques

(2010) Hortithérapie - du latin Hortus (jardin) - ou "thérapie horticole" ou horticulture therapy - gardening - healing garden - horticultural therapy : des initiatives méconnues concernant la prise en charge des malades chroniques

Publié le 28.04.2010 | Mise-à-jour le 08.03.2013 | par Hélène Fagherazzi-Pagel

"Le jardin extraordinaire" à Vire : un répit qui sort de l’ordinaire pour les patients atteints démence de type Alzheimer et pour leurs aidants


Parmi les thérapeutiques innovantes, il est des initiatives créatrices de bien-être qui semblent couler de source. L’association "Le Jardin Extraordinaire" de Vire, dans le Calvados, amène les patients âgés et leur famille dans un petit lieu consacré, entre autres activités de loisirs, à... l’hortithérapie. L’hortithérapie utilise le jardin et le jardinage comme support thérapeutique. Ces initiatives entrent tout à fait dans le cadre du Plan Alzheimer (voir notre rubrique Plans). Les aidants passent en moyenne six heures par jour à s’occuper d’une personne âgée atteinte de troubles de type Alzheimer. Le plan recommande en effet : "créer des solutions de répit souples et innovantes, garantir des solutions proposées à tous les malades sur tout le territoire".

Cette association, composée de bénévoles, propose bien d’autres riches activités stimulatrices (musée, médiathèque, théâtre, conservatoire de musique). Elle a organisé aussi un lieu de rencontre grâce à un petit local qui n’est plus suffisant pour répondre aux demandes. Cette jeune association ne veut pas en rester là : un camping-car, un local plus vaste, elle a rédigé pour cela un cahier des charges, intitulé "Demande d’autorisation de création à titre expérimental d’un Accueil de Jour Autonome Itinérant de 12 places pour personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer et autres maladies neurodégénératives, et pour leurs aidants". Il est destiné aux instances officielles, pour demander labellisation et financements... Sa proposition de création d’un dispositif roulant est réellement originale. L’idée est de parcourir les lieux où des personnes seraient en attente d’une telle prise en charge : "l’utilisation d’un camping-car équipé (et adapté) se rendant chaque semaine sur le territoire de la communauté de communes de Vire, dans une commune d’installation différente chaque jour [...]"

La Haute autorité de santé (HAS) s’est intéressée à toutes les thérapeutiques non médicamenteuses dans la maladie d’Alzheimer. On peut lire dans son rapport paru en 2008 : "Plusieurs interventions non pharmacologiques sont envisageables. Elles sont, tant en ambulatoire qu’en institution, un élément important de la prise en charge thérapeutique. Cependant, aucune de ces interventions n’a apporté la preuve de son efficacité du fait de difficultés méthodologiques".

Mais que dit-on des jardins dans la littérature scientifique ?

Même s’il y a un manque d’études certain en France - et cela va de soi : faut-il amener un groupe témoin atteint de démence sénile à garder la chambre par un merveilleux printemps (!?) - les données empiriques ou d’observation semblent bien suffisantes pour amener la mobilisation des proches de personnes malades et des soignants vers des lieux qui pourraient effectivement améliorer la qualité de vie Qualité de vie Aux confins du social et du psychologique - ou de "l’individuel", la qualité de vie liée à la santé est multidimensionnelle. de tous (On retrouve la "thérapie horticole" ou horticulture therapy, "gardening", "healing garden" et "’horticultural therapy". en anglais dans des articles scientifiques des années 1970 outre-Atlantique, et le concept serait encore bien plus ancien).

Selon les bénévoles du "Jardin extraordinaire", organisateurs de séances bi-hebdomadaires, le répit apporté aux aidants se fait dans un cadre où les cinq sens des malades sont en quelque sorte réveillés.

C’est certainement ce qui est le plus frappant dans les expériences de ce type : outre les activités "hortithérapeutiques", c’est toute l’imagination mise au service de l’éveil des sens de la personne malade.

L’association "Le Jardin extraordinaire" va adhérer à "Jardins et Santé", label chapeauté par l’Ecole nationale supérieure du paysage de Versailles (ENSP) : le "Potager du Roi "en est un prestigieux représentant.


Le Président de l’Association, Dr Pierre-Yves Thiebault. Le Jardin Extraordinaire - c/o 6 rue zimmermann - 14500 Vire tél : 02 31 69 06 96 - mail : lejardinextraordinaire-14@orange.fr



Sources retrouvées dans la base de la Banque de données en santé publique (BDSP), voir les notices bibliographiques ci-dessous :

Brawley, E., Design innovations for aging and Alzheimer’s. Creating caring environment. 2006, Hoboken : John Wiley and Sons. 350p.

Vion, A., Alzheimer : un jardin pour stimuler les sens . TRAVAIL SOCIAL ACTUALITES, 2008(1188-1189) : p. 21-23.

Forterre, A., Dépendance et mieux-vivre. Vers une maison de retraite plus humaine. Géroscopie. 2006, Montrouge : Associés en Edition. 109p.

Brule, M., L’hortithérapie, les ateliers Nature Culture. DOCUMENTS CLEIRPPA. CAHIER, 2008(29) : p. 20-23.

Menezo, S., La thérapie par l’horticulture en France et à l’étranger. 2000, Bordeaux : Imprimerie Castera. 118p.

Haute autorité de santé (HAS) ; Voir la synthèse des recommandations professionnelles de 2008. Prise en charge de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées : interventions médicamenteuses et non médicamenteuses.

Voir aussi les dossiers de presse du jardin thérapeutique du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Nancy, Meurthe-et-Moselle, créé en 2007, s’étendant sur plus de 3000 km2 :

  • Art, mémoire et vie.
  • Cet autre document de presse avec photo, 6 septembre 2010. Communication CHU de Nancy.
    Contact : Dr Thérèse Jonveaux – 03 83 85 11 12 – d.schondorf@chu-nancy.fr - Extrait :

    Ainsi tous les sens des patients pourront être mobilisés : • la vue : coloris thématiques des végétaux, pavages des allées, utilisation de l’éclairage comme véritable outil de mise en scène • l’ouie : sons des fontaines, mobiles sonores de certaines sculptures, ville avoisinante • le toucher : les végétaux, les sculptures, les matériaux • l’odorat : parfums et senteurs des plantations. (et le goût, parfois, Ndlr)

On retrouve l’horticulture comme thérapie en anglais dans des articles scientifiques des années 1970 comme celui-ci :

J Rehabil. 1973 Jan-Feb ;39(1):27-9.
Horticulture : a therapeutic tool.
Hefley PD.
PMID :
4713325
[PubMed - indexed for MEDLINE]