(2010) Le rôle du pharmacien dans l’éducation thérapeutique du patient (ETP)

Publié le 15.09.2010 | Mise-à-jour le 16.09.2010 | par Hélène Fagherazzi-Pagel

Dossier sur l’ETP du Journal de Pharmacologie clinique (suite) : panorama des pratiques pharmaceutiques et de leur aspect légal


Aujourd’hui établie et instituée par diverses lois et réglementations, l’éducation thérapeutique du patient (ETP) fait l’objet de rapports (intentions, recommandations et propositions) et d’articles scientifiques écrits par des spécialistes divers. L’un d’eux est rédigé par des pharmaciens de l’hôpital Antoine-Béclère, à Clamart (92). Ces derniers affirment que le pharmacien reste bien sûr LE spécialiste du médicament mais que son rôle dans l’ETP est devenu une évidence au cours du temps.

En France, le Code de la santé publique définit principalement ce que le pharmacien n’a pas le droit de faire, plutôt que de lister globalement ses missions ou de définir en détail son métier. Ainsi, jusqu’alors décrite "en creux", cette profession peut toutefois se retrouver dans les textes officiels. Ses activités de conseil et sa compétence sont au service du bon usage des médicaments.

La loi du 24 juillet 1987 a assimilé le service pharmacie aux autres services médicaux dans les hôpitaux. Depuis les années 1980 la pratique de la profession de pharmacien partout dans le monde est davantage tournée vers les besoins du patient et vers le soin.

Il y a deux termes couramment utilisés :

  • la pharmacie clinique (qu’on imagine aisément centrée sur le médicament, mais au service du patient et des autres professionnels) ;
  • les soins pharmaceutiques (notion plus globale, très utilisée au Canada, car issue de l’anglais Pharmaceutical Care, terme créé dans le but de montrer l’aspect pharmaceutique des soins au sens large, et expression admise par l’OMS oms qui parle de "contribution responsable de la thérapeutique médicamenteuse")...

Les auteurs font la liste des sept compétences du pharmacien, selon les sociétés savantes :

  • soignant :
  • communicant ;
  • preneur de décision ;
  • enseignant ;
  • Life-long Learner (formation continue "tout au long de la vie", Ndlr)
  • "Leader"
  • "Manager"...

Il s’imposera rapidement comme maillon des programmes d’ETP. La nouvelle loi dite HPST(1) officialise des fonctions "pharmaceutiques" dans lesquelles l’ETP est présente : "pharmacien référent EHPAD" (EHPAD ou établissement d’hébergement pour personne âgée dépendante), "pharmacien correspondant". On peut y ajouter l’activité de conseil et les prestations dans le même but : amélioration ou maintien de l’état de santé des personnes.

Un niveau Master 2 ou doctorat "en ETP" sera requis pour envisager d’organiser des programmes d’ETP ou pour animer une Unité transversale d’éducation thérapeutique du patient (UTEP) [1].

Son rôle d’éducateur autour du patient souffrant de maladie chronique passera par des formations. Il sera amené à repenser son organisation pour libérer du temps. La culture des pratiques pharmaceutiques expertes en ETP est en marche. Mais l’approche centrée sur le patient Approche centrée sur le patient Modèle d’organisation des soins et des services en établissement de santé dans lequel tant l’environnement physique que l’organisation du travail sont étroitement adaptés aux besoins de la clientèle. n’est pas qu’une intention. C’est désormais très pratiquement que les pharmaciens interviennent au sein des hôpitaux et des officines (ainsi que des maisons pluridisciplinaires de santé (Ndlr)).


Source :

Brunie, V., Rouprêt-Serzec, J., Rieutord, A., (2010). Le rôle du pharmacien dans l’éducation thérapeutique du patient, Journal de Pharmacologie Clinique, 29(2) : 90-2


Voir aussi nos entrées Chronisanté :

(1) LOI n° 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (HPST)

Education thérapeutique du patient (ETP)

(2009) L’éducation thérapeutique intégrée aux soins de premiers recours

(2009) L’éducation thérapeutique dans le cas de maladies chroniques de l’enfant

(2010) Le rôle du psychologue dans l’éducation thérapeutique du patient en néphrologie

(2010) "Ecole de l’insuffisance cardiaque" : programme d’éducation thérapeutique impliquant tout une équipe


[1] Ces unités, créées au sein des hôpitaux, rassemblent toute profession en rapport avec une mission collégiale d’ETP : infirmiers, médecins, diététiciens, moniteurs sportifs, ergothérapeutes, etc. Ils partagent leur expérience, se rassemblent pour échanger (informations et cas cliniques).