(2010) Quand l’éducation thérapeutique du patient (ETP) représente une "cause" supranationale

Publié le 27.09.2010 | Mise-à-jour le 10.05.2013 | par Hélène Fagherazzi-Pagel

Projet transfrontalier "d’éducation thérapeutique et préventive face au diabète et à l’obésité à risque chez l’adulte et l’adolescent" (EDUDORA)


Wallonie (CHU de Liège), Luxembourg (Centre hospitalier du Luxembourg) et Lorraine (CHU de Nancy) s’unissent pour contribuer à améliorer l’observance thérapeutique et à limiter l’inertie clinique face au diabète de type 2 et à l’obésité (elle-même le lit de ce type de diabète) : c’est le projet EDUDORA.

Selon les auteurs : "l’éducation thérapeutique (ETP) a pour objectif qu’un patient atteint de maladie chronique puisse prendre en charge sa maladie et son traitement, en prévenant les complications évitables, tout en préservant sa qualité de vie Qualité de vie Aux confins du social et du psychologique - ou de "l’individuel", la qualité de vie liée à la santé est multidimensionnelle. ".

Le diabète est l’archétype de la maladie pour laquelle un patient doit hisser son niveau de compétence et acquérir des attitudes et comportements actifs (autosoins Autosoins Stratégie acquise par le patient pour gérer sa santé en vue de l’améliorer. Le malade apprend à s’autosoigner. ), en partenariat avec les soignants.

Deux problèmes diminuent grâce au programme d’ETP EDUDORA :

1 - Le défaut d’observance thérapeutique [1]
2 - L’inertie clinique. Les auteurs emploient ce terme, nouveau pour la communauté scientifique française (Ndlr). [2]. Ce concept signifie aussi bien le retard au diagnostic, les délais d’un traitement ayant fait ses preuves, l’absence de réaction d’ajustement de médicaments, et en définitive un manque de qualité des soins. Ce terme se veut traduire : "Nous savons ce qu’il faut faire et nous ne le faisons pas."

Une telle situation "d’inertie clinique" peut se révéler fréquente en médecine. Elle a été particulièrement remarquée puis analysée dans le domaine des maladies chroniques (diabète (ALD n° 8), Hypertension artérielle). Selon les auteurs : "Une maladie chronique, a fortiori si elle est asymptomatique, expose davantage à l’inertie clinique de la part du médecin" (on pensera aux complications du diabète ou de l’hypertension artérielle sur le plan cardiovasculaire, par exemple, Ndlr).


Source : Scheen, A., J., Bourguignon, J., P., Guillaume, M., et membres du programme EDUDORA (2010). L’éducation thérapeutique une solution pour vaincre l’inertie clinique et le défaut d’observance. RMLG. Revue médicale de Liège, 65(5-6), 250-5.

Voir nos entrées Chronisanté sur l’Education thérapeutique du patient :


[1] Le grand dictionnaire terminologique québécois propose une définition : "Fait, pour une personne, de suivre rigoureusement le traitement prescrit par un professionnel de la santé, notamment en ce qui a trait au respect des directives concernant les médicaments" (respect ou assiduité au traitement).

[2] Ce terme et son concept sont développés par divers auteurs belges dans La Revue médicale de Liège, pour traduire certaines insuffisances dans de nombreux champs de la médecine.