(2011) Le coût total direct du diabète pour l’Europe des cinq est d’environ 80 milliards d’euros...

Publié le 22.09.2011 | Mise-à-jour le 26.11.2012 | par Hélène Fagherazzi-Pagel

L’European Association for the Study of Diabetes (EASD) s’est réunie à Lisbonne du 13 au 16 septembre 2011


Jean-Pierre Sauvanet, endocrinologue, diabétologue, spécialiste des maladies métaboliques à l’Hôpital Saint-Louis, AP-HP, Paris, nous fait part d’une communication au congrès européen de diabétologie "EASD 2011" par la lettre d’information spécialisée du site web intitulé "diabeto.net".

Son article s’intitule "Le coût du diabète dans l’Europe des 5". Voir le site du congrès du 47th annual meeting of the european association for the study of diabetes EASD 2011.

Des économistes se sont attelés à une mission surprenante par son ampleur : comparer les dépenses de santé liées au diabète dans cinq pays européens : Allemagne, Espagne, France, Grande-Bretagne, Italie, ainsi que le fardeau dû à cette maladie chronique et à ses complications.

L’augmentation des personnes atteintes, leur vieillissement malgré des complications graves, mais aussi les traitements onéreux grèvent le coût global de cette maladie non transmissible (en forte augmentation dans le monde, selon l’OMS oms , Ndlr).

L’ensemble de ces paramètres ont été analysés du strict point de vue économique.

L’informatisation des données de santé permet des enquêtes de ce type.

Mais selon le rapporteur : Le recueil des dépenses n’est pas homogène :

  • soit annuel (Grande-Bretagne, Italie) ;
  • ou intermittent (Espagne, France) ;
  • voire non planifié (Allemagne).

Le contrôle glycémique, réalisé par le dosage à intervalles réguliers de l’hémoglobine glycosylée (HbA1c) n’est pas un indicateur homogène (la France en particulier est très exigeante quand à sa valeur qui doit se situer sous 7 % (6,5 %). D’autres pays, comme l’Allemagne mettent la barre sous 7,5 %.

La notion de coût indirect (l’auteur signale la perte de productivité, l’invalidité, la retraite précoce…) et les conséquences globales sur la société ne sont que peu étudiées (cela va de soi, tellement c’est complexe, Ndlr).

Le prix du diabète est en définitive fonction de la prévalence de la maladie dans chaque pays. On remarque qu’il est très fréquent en Allemagne, beaucoup plus rare en Grande-Bretagne, et que la France est dans la moyenne. Il est de 80 milliards d’euros.

On voit les variations suivantes selon les pays :

  • La plus grande composante comptable est l’hospitalisation 33-48 %.
  • Les soins ambulatoires : 18-36 %.
  • Les médicaments ou autres produits pharmaceutiques rattachés au diabète et autres traitements : 20-32 %.
  • Insulines et antidiabétiques oraux : 7%.

L’auteur spécifie en note que cette étude a été financée par un soutien institutionnel de Novo Nordisk.


Source

Congrès

Burden of disease, cost and management of diabetes in EU5 countries. PS1014. P-G. Kanavos, et al. (Londres, Grande-Bretagne). Au congrès "EASD 2011, Lisbonne (Portugal)", 12-16 septembre 2011

Référence Web

Site Diabeto.net. Lettre d’information de diabeto.net, consultable le 20 septembre 2011 sur le site réalisé SANTOR EDITION © tous droits réservés., sur http://easd2011.diabeto.net/index.php?pageID=sommaire_accueil.

Voir aussi notre entrée Chronisanté