(2011) Prescrire du sport ou une alimentation saine ? Peut-être pour demain...

Publié le 16.06.2011 | Mise-à-jour le 20.06.2011 | par Hélène Fagherazzi-Pagel

Enjeux de santé publique dans la prise en charge des maladies chroniques : valider les thérapeutiques non médicamenteuses


Sous le concept de thérapeutiques non médicamenteuses, la Haute autorité de santé (HAS) réunit :

Les règles hygiéno-diététiques

  • tout ce qui concerne l’alimentation et la diététique (hygiène alimentaire, régimes diététiques, comportements alimentaires sains...) ;
  • les activités physiques et sportives...

Les traitements "psychologiques"

  • thérapies d’inspiration analytique (psychanalyse ?, Ndlr) ;
  • thérapies cognitivo-comportementales, ...

Les thérapeutiques physiques

  • techniques de rééducation ;
  • kinésithérapie ;
  • ergothérapie, ....

Et même, l’éducation thérapeutique.

Ce rapport d’orientation préconise le développement de la prescription de thérapeutiques non médicamenteuses validées. Pour ce faire, elles seront analysées. Les études, les essais cliniques seront encouragés. Les problèmes de méthodologie déjà connus pour évaluer certaines psychothérapies vont être détaillés et rendus publics.

Il existe d’autres types de thérapeutiques non médicamenteuses (comme la chirurgie ou bien les dispositifs médicaux) !

Mais le rapport s’intéresse ici à celles qui ne font pas encore l’objet d’évaluations par les commissions de la HAS. Il faut relever que dans la saisine de la Direction de la sécurité sociale (DSS) à la HAS, "l’alternative" à la prescription médicamenteuse est envisagée. Elle conseille même à la HAS de se pencher sur les "recours alternatifs à d’autres professionnels spécialisés"...

Après discussion, la Haute autorité de santé a jugé inapproprié d’employer ce terme (dangereux, Ndlr ?) "d’alternative". Il signifie exclusion de la médecine traditionnelle. Or les experts n’envisagent dans le rapport aucune "mise en concurrence des traitements non médicamenteux par rapport aux traitements médicamenteux" !

Extraits :

"(...) l’impact du rôle symbolique de la prescription médicamenteuse dans la relation médecin/patient serait particulièrement important lorsque la thérapeutique non médicamenteuse est prescrite seule."

"(...) des éléments de réponse sont également contenus dans les travaux sur la prévention des maladies chroniques et sur l’éducation thérapeutique(...)"

"La plupart des autorités scientifiques soulignent les enjeux de santé publique que représente le suivi de certaines thérapeutiques non médicamenteuses, en particulier dans le cadre de la prise en charge des maladies chroniques."


Source :

Haute autorité de santé (HAS) (2011). Service évaluation économique et santé publique / avril 2011 Rapport d’orientation à télécharger sur le site de la Haute autorité de santé : Développement de la prescription de thérapeutiques non médicamenteuses validées, 322 p.