(2011) Revue "Douleur et analgésie" : éducation thérapeutique du patient (ETP) et douleurs chroniques

Publié le 14.03.2012 | Mise-à-jour le 10.05.2013 | par Hélène Fagherazzi-Pagel

Chronicité des douleurs de l’arthrose : les apaiser par des thérapeutiques non médicamenteuses ; chronicisation des céphalées chez les migraineux : la prévenir en gérant mieux les antalgiques...


Les spécialistes envisagent, dans ce numéro spécial de Douleurs et analgésie, le symptôme douleur chronique [1] le plus globalement possible ; puisqu’ils placent l’éducation thérapeutique du patient (ETP) L’éducation thérapeutique du patient (ETP) "L’éducation thérapeutique a pour but d’aider les patients à prendre soin d’eux-mêmes". au cœur des préoccupations.

Fibromyalgie, lombalgie, douleurs chroniques en gériatrie, migraine, tels sont les exemples de douleurs chroniques développés tout au long de ce périodique.

Éducation thérapeutique du patient

Un article en particulier détaille le concept d’éducation thérapeutique, le replace parmi les lois récentes, dont la loi "HPST" de 2009 et son décret d’application d’août 2010. Il détaille son cheminement, la structure de ses programmes éducatifs. Il décrit les professionnels qui sont susceptibles de les coordonner. La coordination Coordination étant l’acte qui consiste à organiser les séances, proposer les interventions soignantes adéquates et mettre en scène la "multiprofessionnalité"...

Par exemple, lors d’une consultation "pluriprofessionnelle" ou individuelle, le patient est susceptible de rencontrer : médecins, infirmiers, diététiciens, kinésithérapeutes, etc.

On y apprend que le professionnel, issu du monde médical, infirmier ou paramédical, est formé durant quarante heures, spécifiquement, à :

  • adopter une posture éducative et favoriser l’expression, comme l’écoute, du malade souffrant ;
  • animer des programmes éducatifs individuels, mais aussi des séances de groupe ;
  • réaliser un diagnostic éducatif, un bilan éducatif partagé [2] ;
  • gérer les temps individuels ou collectifs.

On repère dans cette revue des articles qui soulèvent la question du diagnostic éducatif approfondi, des connaissances, des croyances, des peurs, des stratégies de gestion (et d’autosoins Autosoins Stratégie acquise par le patient pour gérer sa santé en vue de l’améliorer. Le malade apprend à s’autosoigner. ), des attentes du patient...

Médicaments

Comment impliquer le patient dans la gestion de ses traitements, parfois lourds, difficiles à doser, susceptibles d’entraîner des effets secondaires...

Anti-inflammatoires, antalgiques, psychotropes, morphiniques, antiépileptiques, antalgiques, triptans, hypnotiques, anesthésiques... Un véritable arsenal, que le patient doit savoir manier. Les soignants sont invités à aider le patient à acquérir une attitude et un comportement adaptés à la chronicité des prises.

Dans un autre article intitulé "Proposition d’éléments clés pour l’éducation thérapeutique du patient souffrant d’une douleur neuropathique", ou bien encore dans un autre "Modèle organisationnel d’un programme d’éducation thérapeutique destiné aux patients migraineux en situation ou avec risque de chronicisation ou d’abus d’usage de traitements", on rentre dans le cadre de deux types de douleurs neurologiques...

Exemple de la lombalgie

La lombalgie fait l’objet d’un article à part entière où l’éducation thérapeutique et ses points-clés sont décrits précisément :

  • information ;
  • reformulation des croyances sur la maladie ;
  • apprentissage des moyens de gestion de la douleur ;
  • réassurance (augmenter la confiance en ses propres capacités) ;
  • efficacité personnelle ;
  • entretien d’une activité physique ;
  • connaissance des différentes classes thérapeutiques et de leurs objectifs ;
  • exécution de gestes appropriés ;
  • utilisation adaptée des aides techniques ;
  • apprentissage des techniques de relaxation ;
  • gestion du stress, du sommeil, de la fatigue.

En définitive, dans la lombalgie, le but des consultations est toujours de rendre le patient davantage actif.

Le travail en groupes des patients, par ateliers ciblés, est justifié par un objectif en particulier (neurostimulation électrique transcutanée, relaxation, réentraînement à l’effort, gestion des médicaments).

Apprendre les autosoins dans la migraine (prévenir les céphalées par abus médicamenteux, la chronicisation) ou améliorer sa qualité de vie Qualité de vie Aux confins du social et du psychologique - ou de "l’individuel", la qualité de vie liée à la santé est multidimensionnelle. dans l’arthrose (chronicité) : est-ce possible ?


Référence bibliographique

Dossier thématique : THERAPEUTIQUE DU PATIENT ET DOULEUR CHRONIQUE, (2011), Douleur et analgésie ; DA. 2011 ; VOL. 24 ; NO. 4.

Voir aussi nos entrées Chronisanté

Références Web

Glossaire

Sélection


[1] C’est à dire le contraire d’une douleur aiguë, celle qui persiste au delà de trois mois.

[2] oir notre rubrique Glosaire.

Diagnostic est un mot que les médecins aiment à employer, qui en quelque sorte les "rassure", ne bouscule pas leurs représentations ; or ce concept peut être critiqué pour mieux comprendre la prise en charge des maladies chroniques : Bilan éducatif partagé ? (entretien éducatif) (...)