(2011) Une nouvelle méthode de prise de la pression artérielle : pression aortique centrale systolique

Publié le 24.03.2011 | par Hélène Fagherazzi-Pagel

Elle risque de bouleverser positivement le vécu des hypertendus qui demandent à être dépistés et suivis


L’’hypertension artérielle est une affection de longue durée quand elle est grave : ALD n° 12. "Mesurer la tension", c’est une obligation (chez le généraliste, chez le spécialiste, chez soi en autosoins Autosoins Stratégie acquise par le patient pour gérer sa santé en vue de l’améliorer. Le malade apprend à s’autosoigner. ).

On peut alors rêver d’une technique précise, simple, fiable, non "invasive", sans brassard, si... "révolutionnaire".

Quelle que soit l’automatisation des prises de "tension" - si réduites soient les interventions humaines, il subsiste toujours un doute, et l’on revérifie. L’appareil classique mesure les différences de pression du sang dans l’artère du bras (artère bracchiale), grâce à un manomètre. Le pouls radial - pulsation de l’artère du poignet (artère radiale) - peut aussi se révéler un indicateur fiable, s’il est "retravaillé" par la machine par une transformation mathématique. Tout est parti de là.

Une nouvelle technique, validée, permettrait dans un avenir proche de mieux suivre un patient hypertendu en se plaçant du côté du réseau artériel cardiaque. La mesure de la pression du sang à proximité du cœur est donc estimée par un capteur qui, mis sur le poignet d’un sujet, permet d’enregistrer des différences de pression dans une artère distale... et donc dans une artère centrale (l’aorte).

Mise au point par des chercheurs de l’Université de Leicester (Royaume-Uni), cette méthode donnerait une mesure plus précise que tout ce qui a été inventé autour du classique manomètre et de son brassard.

Un logiciel traite le signal obtenu et calcule alors la pression aortique centrale systolique ou CASP. Il s’agit de "lisser" les données, de calculer une "moyenne mobile" (Moving Average). Le capteur met en évidence une tendance qui approche toujours plus près la réalité.

Les progrès de la programmation et de la miniaturisation permettent donc aujourd’hui ce type de révolution. Il semblerait que la pression du sang dans l’aorte (l’aorte est à la sortie du cœur, mène le sang oxygéné au cerveau et dans tout le reste du corps) pourrait être très différente de celle qui est traditionnellement mesurée dans le bras.

Donc, cette nouvelle technologie devrait arriver en premier lieu dans le domaine de la "mesure ambulatoire de la pression artérielle" (MAPA) [1] avec une contrainte minime ("montre")..

Cet article a fait l’objet de nombreuses analyses dans la presse médicale.


Source Williams, B., Lacy, P.S., Yan, P., Hwee, C.N., Liang, C., Ting, C.M., (2011) Development and validation of a novel method to derive central aortic systolic pressure from the radial pressure waveform using an N-point moving average method. J Am Coll Cardiol, 2011. 57(8) : p. 951-61.


[1] Dite aussi holter tensionnel. C’est une surveillance sur 24 h qui permet de savoir si le patient est réellement hypertendu et s’il doit bénéficier d’un traitement (Norman Jefferis Holter est le nom de l’inventeur de la machine portative permettant d’enregistrer un électrocardiogramme en continu).