(2012-2013) Global Burden of Disease Study 2010 (GBD 2010) : un adulte sur cinq est obèse dans le monde

Publié le 24.12.2012 | Mise-à-jour le 14.06.2013 | par Hélène Fagherazzi-Pagel

Poids croissant des maladies chroniques liées is aux modes de vie et au vieillissement : la place des maladies non transmissibles progresse (cancers et maladies cardiovsculaires)


The Lancet

The Lancet de décembre 2012 - janvier 2013 consacre son dernier numéro de l’année à la "plus vaste étude sur la santé humaine dans l’histoire de la médecine". Les priorités de santés actuelles et futures pour chacun des pays observés et pour la communauté mondiale sont décrites par le rédacteur en chef, Richard Horton, comme "une contribution essentielle à notre compréhension".

GBD 2010 se compose de sept articles, dont les commentaires de l’Organisation mondiale de la santé (OMS oms ) (par sa directrice générale Margaret Chan) et de la Banque mondiale (par son président, Jim Yong Kim).

A ce jour, il s’agit du plus grand effort systématique qui tente de décrire la "répartition mondiale et les causes d’un large éventail de "maladies graves, traumatismes et facteurs de risque pour la santé".

Obésité

Le "surpoids" pathologique, mesuré grâce à l’Indice de masse corporelle (IMC) [1], parce qu’il mène au diabète de type 2 et aux maladies cardiovasculaires, est plus meurtrier que la malnutrition.

En conséquence, moins d’enfants meurent chaque année, mais les adultes plus jeunes et d’âge moyen sont concernés par les maladies chroniques...

Des chiffres

  • 486 scientifiques ;
  • 302 institutions ;
  • 50 pays (sur 194 États autonomes, Ndrl).

Des périodes espacées de vingt ans

  • 1970 ;
  • 1990 ;
  • 2010.

Une donnée nouvelle

La plupart des citoyens du monde vivent une partie croissante de leur vie en mauvaise santé.

Importants progrès

  • baisse drastique de la mortalité maternelle et infantile ;
  • meilleure protection contre les maladies transmissibles (tuberculose, diarrhée, pneumonie, tétanos, ...) ;
  • allongement de l’espérance de vie (les Japonaises détiennent le record de longévité moyenne (ou espérance de vie à la naissance) - 85,9 ans [2] ;
  • recul de la de la malnutrition...

Explications

  • amélioration des soins médicaux apportés à la mère et l’enfant ;
  • impact des campagnes de vaccination ;
  • éducation des femmes et mesures sanitaires simples comme l’utilisation de moustiquaires ou de toilettes.

Faits constatés

  • hausse généralisée des cancers ;
  • hausse des maladies cardiovasculaires ;
  • retard de l’Afrique sub-saharienne (durement touchée par le sida et la malnutrition infantile, reste à l’écart des progrès constatés à l’échelle mondiale et enregistre même un recul de l’espérance de vie).

Conclusion

Le changement le plus frappant enregistré ces vingt dernières années réside dans le poids croissant des maladies chroniques liées au vieillissement et à l’évolution du mode de vie. Le grand âge, l’inactivité, l’alimentation trop riche, l’alcool et le tabagisme sont sources de cancers, diabète et maladies cardio-vasculaires. Ces pathologies, qui réduisent la qualité de vie Qualité de vie Aux confins du social et du psychologique - ou de "l’individuel", la qualité de vie liée à la santé est multidimensionnelle. sur le long terme, sont désormais responsables des deux tiers des décès prématurés, devant les maladies transmissibles qui les supplantaient en 1990. Le seul surpoids cause aujourd’hui trois fois plus de morts que la malnutrition.

GBD 2010 est une extraordinaire collaboration. Selon Richard Horton, elle marque une "responsabilité collective" : celle d’en faire "une opportunité extraordinaire".


Source

Horton, R., (2012-2013), GBD 2010 : understanding disease, injury, and risk. The Lancet, 380:9859 2053-4.

Editorial faisant référence à : The Lancet, composé de sept articles, Volume 380, Numéro 9859, Pages 2053-2260 (15 December 2012–4 January , 2013)

Voir aussi nos entrées Chronisanté


[1] IMC (Body Mass Index (BMI) en anglais, est le poids (en kilogrammes) divisé par la taille (en mètres) au carré : le Poids (kg) / Taille au carré (m2). L’obésité morbide se situe au delà de 35. L’obésité au de 30 à 35, le surpoids de 25 à 30...

[2] Hélas, les Haïtiens, conséquence du séisme de 2010, détiennent à l’inverse le triste record de la vie la plus courte - 32,5 ans pour les hommes et 43,6 ans pour les femmes...).