(2012) Changement : huit concepts pour bâtir une maison de santé pluridisciplinaire (MSP) ?

Publié le 20.03.2013 | Mise-à-jour le 15.04.2013 | par Hélène Fagherazzi-Pagel

La mise en place de maisons de santé (Patient-centered Medical Homes) aux États-Unis fait l’objet de changenents et de théories commentées par Edward Wagner : il faut une reconversion profonde des métiers de médecins, d’infirmiers, etc.


  Concepts de changement (Change concepts )

En se basant sur la bibliothèque d’outils et de ressources proposés par l’initiative Safety Net Medical Home Initiative qui aide les 65 principaux sites porteurs de changement à améliorer la qualité, la transformation des maisons médicales existantes est largement présentée par E. R. Wagner.

Huit changements, liés entre eux sont décrits comme le préalable :

Leur regroupement en quatre grands axes est heureux.

I - Jeter les bases - fondations - (bases fondamentales nécessaires pour permettre d’apprendre et de mettre en œuvre le changement).

II - Etablir des liens au sein des équipes et entre patients et prestataires de soins (prépare la pratique d’offre de soins de manière efficace, et accroît la probabilité d’interactions productives).

  • 3 Empanelment (terme intraduisible signifiant : relier chaque patient à un responsable [2] afin d’assurer la continuité de la relation soignant-soigné, ("panel" : anglicisme signifiant échantillon de population)) ;
  • 4 Relations de guérison (Healing), continue et basée sur l’équipe (c’est-à-dire attribuer à chaque patient des prestataires non isolés ou une équipe disponible, en continu [3], afin de répondre aux besoins globaux des personnes).

III - Changer les soins (pour une pratique modernisée, Ndlr).

  • 5 Soins et pratiques fondés sur des preuves scientifiques ( Evidence-based practice ) ;
  • 6 Interactions centrées sur le patient [4].

IV - Réduire les barrières aux soins (volonté classique, réduction des obstacles à la création, Ndlr - difficile à mettre en oeuvre).

Aux États-Unis, plus de 100 millions de personnes souffrent d’au moins une maladie chronique. Trois quarts des 2 ou 3 billions de dollars (two trillions en anglais) dépensés pour la santé chaque année financent la prise en charge des maladies chroniques : maladies cardio-vasculaires et pulmonaires, cancers, diabète, arthrose, hypertension et dépression.

Les soins de santé primaires Soins de santé primaires Equivalent en français de "Soins de premier recours". Ce terme issu de la littérature anglaise (primary care) désigne les soins de première ligne, porte d’entrée vers tous les soins plus spécialisés. Voir le Glossaire. sont le socle des systèmes de santé dans la plupart des pays développés (le médecin généraliste en France, par exemple, Ndlr). C’est pourquoi bâtir une maison médicale (maison de santé pluridisciplinaire maison de santé pluridisciplinaire Ces maisons visent à offrir aux citoyens, sous le même toit, une prise en charge coordonnée par un regroupement de professionnels de santé : médecins, kinésithérapeutes, diététiciens, infirmiers, etc. Voir aussi le glossaire. (MSP) - en France, avec soins coordonnés plutôt qu’intégrés [5]), avec une approche centrée sur le patient Approche centrée sur le patient Modèle d’organisation des soins et des services en établissement de santé dans lequel tant l’environnement physique que l’organisation du travail sont étroitement adaptés aux besoins de la clientèle. (Patient-Centered Medical Home (PCMH)) fait le lien entre le modèle de Wagner et les soins proprement dits.

  Chronic Care Model

Face à la "crise" que constitue la croissance des maladies chroniques et les dépenses qui y sont liées, le désormais très "célèbre" modèle de Wagner" [6] qui fait grand bruit dans le monde n’est utilisé "que" par une partie des "cabinets médicaux"aux États-Unis. Il a été conçu pour remédier aux insuffisances des pratiques suivantes :

Il s’avère efficace, modifiant la qualité des pratiques et tendant à réduire les coûts (efficience Efficience "Dimension économique de l’efficacité pratique où les conséquences - ou les résultats - d’une intervention sont reliés à l’utilisation qui est faite des ressources"[...]. ). Le Chronic Care Model est composé de ces points liés entre eux : les soins d’équipe efficace ; des interactions planifiées ; un appui à l’auto-gestion (autosoins), les ressources communautaires ; l’aide à la décision intégrée, les registres de patients et le soutien par d’autres technologies de l’information et de la communication en santé (NTIC en santé NTIC en santé Nouvelles technologies de l’information et de la communication en santé. Convergence de l’informatique et du multimédia permettant la « télésanté » (traitement, stockage, diffusion et échange de l’information). ) - (Information technology (IT) en anglais). L’informatisation, les logiciels d’aide à la décision, la compétence de prestataires de communication et d’éducation du patient, l’échange d’information pour la coordination des soins sont des facilitateurs importants. Ce modèle comprend dans les faits six piliers (résumé) :

  • •le système de santé ;
  • •les prestations ;
  • •l’aide à la décision ;
  • •les systèmes d’information (NTIC en santé) ;
  • •l’auto-prise en charge ;
  • •la communauté

Dans un article récent dans Health Affairs, le docteur Benjamin Littenberg soutient que l’interaction entre le médecin et le patient se fait et se fera de plus en plus par les systèmes de soutien à la prise de décisions cliniques, la mise à jour et la facilité à utiliser l’information clinique, les rappels, le soutien à l’autogestion des patients, "et ainsi de suite" (informatisation, télésanté Télésanté La télésanté est en bref un accès à plus de santé par des voies informatiques. ...).


Sources :

Voir aussi dans Chronisanté


[1] "Le leadership (anglicisme répandu en français européen ainsi qu’au Québec), ou la chefferie (français québécois et africain) est l’influence d’un individu sur un groupe." Voir cette "définition" dans Wikipédia.

[2] Sélection et regroupement des patients, constitution de liens à des fournisseurs spécifiques en créant un enregistrement sous forme d’un "tableau de service".

[3] Difficile à conceptualiser : E. Wagner précise : "Clé pour la maison médicale, par la création de partenariats entre les patients, les fournisseurs et les équipes", "donne la capacité de mieux faire face aux absences du personnel et au turnover" (solides équipes de soins).

[4] Voir Approche centrée sur le patient dans le GLOSSAIRE et (2012) Les soins centrés sur le patient dans la gestion des maladies chroniques (Chronic Disease management), Chronisanté.

[5] "Aux États-Unis se développe le concept de maison médicale ("patient-centered medical home" ou PCMH) animée par le médecin autour duquel se construit une équipe intégrée pour la prise en charge des patients, ce qui la différencie de la maison de santé française dans laquelle l’exercice est simplement coordonné". Source : Rapport relatif aux métiers en santé de niveau intermédiaire - Professionnels d’aujourd’hui et nouveaux métiers : des pistes pour avancer, février 2011.

[6] Interniste et épidémiologiste, Eward R. Wagner travaille depuis les années 1990 dans le domaine des soins aux malades chroniques (Chronic Disease management, Disease management du diabète en premier lieu), avec l’appui de Robert Johnson Grant Woods. Voir dans Chronisanté le Modèle de wagner.