(2012) HbA1c, insuffisance cardiaque : complication connue du diabète, parfois méconnue, mais prévenue par une surveillance glycémique accrue ?

Publié le 05.12.2012 | Mise-à-jour le 26.04.2013 | par Hélène Fagherazzi-Pagel

Hémoglobine glycosylée - ou glyquée (HbA1c) suivie chez une cohorte de patients malades chroniques diabétiques, et références bibliographiques basées sur des preuves (les scandinaves ont la tradition d’enregistrer les données de santé (registres))


Le docteur Jean-Pierre Sauvanet, diabétologue (Hôpital Saint-Louis, AP-HP, Paris), a réalisé un dossier synthétique le 26 novembre 2012 sur le site professionnel diabeto.net (accès restreint) concernant les risques d’insuffisance cardiaque en lien avec la surveillance de l’hémoglobine glycosylée (fraction HbA1c [1]) chez le sujet diabétique.


1- Article suédois le plus récent ici (2012), motivant la synthèse : chez une cohorte de 83 021 patients : un mauvais contrôle glycémique (HbA1c > 7 %) est associée à un risque accru d’hospitalisation pour insuffisance cardiaque (IC) chez les patients diabétiques de type 2 (DT2) (1). Jean-Pierre Sauvanet précise que ces données sont en accord avec "les données plus anciennes obtenues dans une cohorte de près de 49 000 patients diabétiques (pour plus des trois quart des DT2), d’âge moyen 58 ans, bénéficiaires du système d’assurance maladie Kaiser Permanente Kaiser Permanente A la fois assurance et organisateur de soins, ce système est bâti sur le staff model, c’est à dire que les médecins prestataires sont salariés de l’organisation... de Californie du nord, suivis pendant 2,2 ans (médiane [2])" (...) (2).

— - > (1) Lind, M., Olsson, M., Rosengren, A., Svensson, A. M., Bounias, I., Gudbjörnsdottir, S. The relationship between glycaemic control and heart failure in 83,021 patients with type 2 diabetes. (2012) Diabetologia, 55(11):2946-53.

— - >(2) Iribarren, C., Karter, A. J., Go, A. S., Ferrara, A., Liu, J. Y., Sidney, S., Selby, J. V. (2001) Glycemic control and heart failure among adult patients with diabetes. Circulation, 103:2668-73. (Accès libre)


3 - Article précédent des mêmes auteurs, à partir du même registre : une cohorte de 20 985 patients diabétiques de type 1 (DT1) (2011) inclus dans le registre national du diabète suédois entre 1998 et 2003 ont été suivis jusque fin 2009 (en moyenne 9 ans). L’incidence [3] de l’insuffisance cardiaque (IC) (sa survenue) était démontrée être liée de façon linéaire au mauvais suivi du diabète (HbA1c > 10,5 %) par comparaison aux patients DT1 bien contrôlés (HbA1c < 6,5 %). L’association positive entre l’HbA1c et le risque d’IC chez des patients assez jeune, diabétiques de type 1 induit la possibilité de la prévention de l’IC par une surveillance rigoureuse de la glycémie : "Ce risque augmentant avec l’âge et la durée de diabète" (3).

— - > (3) Lind, M., Bounias, I., Olsson, M., Gudbjörnsdottir, S., Svensson AM, Rosengren A. (2011) Glycaemic control and incidence of heart failure in 20,985 patients with type 1 diabetes : an observational study. (2011) Lancet. 378(9786):140-6.


4 - Aux Pays-Bas, parallèlement, en 2012, une étude portant sur 605 patients diabétiques de type 2 (DT2), d’âge supérieur à 60 ans, suggérait une prévalence [4] élevée d’insuffisance cardiaque (IC) ignorée. Si une vingtaine de patients avaient une insuffisance cardiaque chronique suivie chez un spécialiste cardiologue, 161 sujets avaient des signes cardiologique anormaux après examen cardiologique systématique (et selon les critères de la Société européenne de cardiologie. Leur prévalence augmentait également avec l’âge. Le taux d’HbA1c était globalement satisfaisant : en moyenne, 6,7 ± 0,5%(3). Pour la première fois, une étude cardiologique précise estime la prévalence exacte d’une affection cardiaque méconnue [5] chez des patients diabétiques relativement âgés. Selon les auteurs : "Les médecins doivent accorder une attention particulière à "démasquer" ces patients (4)"

— - > (4) Boonman-de Winter, L. J., Rutten, F. H., Cramer, M. J., Landman, M. J., Liem, A. H., Rutten, G. E., Hoes, A. W. (2012). High prevalence of previously unknown heart failure and left ventricular dysfunction in patients with type 2 diabetes. Diabetologia, 55(8):2154-62.


Le docteur Jean-Pierre Sauvanet propose : "Ce risque est-il réduit, ou aggravé, par un contrôle glycémique intensif ?"

5 - Une métaanalyse (ou méta-analyse [6]) récente comprenant 37 229 patients DT2, comparant les résultats de huit essais randomisés [7] avec traitement intensif (plusieurs piqures par jour d’insuline et plusieurs glycémie estimées par le glucomètre) versus une stratégie thérapeutique standard montre que 1 469 sujet ont connu un problème cardiaque, sans démontrer de différence statistiquement significative entre les deux types de soins. Cependant, l’auteur de la synthèse signale que les thérapies intensives comprennent le plus souvent une association de traitements avec des antidiabétiques oraux de la classe des Gllitazones, associés à une augmentation significative du risque d’IC. Par ailleurs, la diversité de ces traitements rend difficile les comparaisons (5).

— - > (5) Castagnon, D., Baird-Gunning, J., Jhund, P. S., Biondi-Zoccai, G., MacDonald, M. R., Petrie, M. C., Gaita, F., McMurray, J. J. Intensive glycemic control has no impact on the risk of heart failure in type 2 diabetic patients : evidence from a 37,229 patient meta-analysis. (2011) Am. Heart J, 162(5):938-48.


Voir aussi nos entrées Chronisanté

HbA1c


Autogestion, auto-prise charge, autosoins


Disease management du diabète


Sophia, disease management du diabète "à la française"

Téléphone intelligent


Qualité de vie


Troubles psychiatriques et syndrome métabolique [8]


[1] L’hémoglobine glycosylée ou hémoglobine glyquée, qui est la valeur de référence dans ce domaine, permet de savoir quelle a été la glycémie sur les 120 derniers jours (durée de vie des hématies - globules rouges) : sa valeur augmente ainsi avec la fréquence des épisodes d’hyperglycémie sur cette période. Elle est la preuve de la fixation du glucose sur la globine (protéine) de hémoglobine, augmentant en cas d’hyperglycémie.

[2] le point d’une courbe divisant l’ensemble des durées individuelles en deux parties égales.

[3] Voir le Glossaire européen multilingue en santé publique sur le site BDSP : "Nombre de nouveaux cas d’une maladie ou d’un évènement lié à la santé, dans une population donnée durant une période de temps connue (...)."

[4] Voir le Glossaire européen multilingue en santé publique sur le site BDSP : "Nombre de cas d’une maladie, ou de tout autre problème de santé, dans une population définie à un moment donné (...)."

[5] Insuffisance cardiaque jusque-là inconnue et dysfonction ventriculaire gauche.

[6] Analyse quantitative statistique utilisée comme méthode en médecine pour augmenter le nombre de cas en regroupant les études précédemment publiées. Elle permet de « ré-étudier » les contradictions et parfois de déceler des biais méthodologiques.

[7] Voir "Randomiser" : Répartir au hasard, "Introduire un élément aléatoire dans un échantillon ou un calcul. (...). Voir le Granddictionnaire terminologique québécois.

[8] "Le syndrome métabolique est en premier lieu une "obésité abdominale" (...)" (voir la suite dans la note 2 de cet article).