(2012) Maison médicale : concept né en 1967 mais toujours mieux défini et modélisé en 2012

Publié le 15.02.2012 | Mise-à-jour le 06.11.2012 | par Hélène Fagherazzi-Pagel

Un site "boite à outils" répond à la création de services (Caroline du Nord) dans le but d’optimiser les soins (aux malades chroniques, ...)


Le Fonds du Commonwealth a financé en Caroline du Nord des projets d’infrastructures pour les patients les plus démunis. Tous les services décrits, sous forme de modules, sont les fruits de leçons apprises au fil des ans. Les rédacteurs insistent sur ce qui fonctionne - et sur ce qui ne fonctionne pas.

Ils sont convaincus que le partage de ressources, par ce site, donnera « une longueur d’avance » à ceux qui projettent la construction de services sanitaires. Un site Web "boite à outils" fournit un guide étape par étape pour la création et la gestion de tels programmes de santé "dans la communauté" (c’est à dire services non hospitaliers).

Parmi les services décrits, on se penche sur le module n° 8, qui propose "tout" sur la "maison médicale". Le concept lui-même serait né en 1967 (société savante "American Academy of Pediatrics") des besoins dévoilés et exprimés par les enfants malades chroniques et/ou handicapés, et leurs familles.

GIF - 10.3 ko
Concept de maison médicale, cliquer pour accéder au site http://commonwealth.communitycarenc...

Le thème central "Maison médicale" est lié à six autres grands concepts. On peut donc proposer une traduction de la partie gauche de la représentation graphique ci-dessus :

  • services médicaux (consultations médicales) ;
  • soins de support [1] ;
  • services de santé mentale ;
  • assistance financière ;
  • service d’éducation ;
  • soutien spirituel/religieux (?).
GIF - 17.6 ko
Maison médicale, définition, cliquer pour accéder au site http://commonwealth.communitycarenc...

Dans ce modèle, la maison médicale est définie en détail. On peut y lire qu’elle est :

  • accessible (de par son lieu d’implantation, mais aussi son acceptation d’assurances santé diverses - nous sommes aux États-Unis, Ndlr) ;
  • centrée sur la famille (c’est à dire qu’elle accueille l’environnement familial de l’enfant malade) ;
  • continue (pas de souci de "médecine transitionnelle" (médecine de transition), de l’enfance à l’âge adulte, en passant par l’adolescence) ;
  • coordonnée (soins intégrés, soins globaux, grâce à une transmission d’information optimale, définition d’un plan de soins, par exemple entre l’hospitalisation et le retour à domicile (meilleure organisation entre prestataires, informatisation)) ;
  • compassionnelle (concernée en tout premier lieu par le bien-être de l’enfant et de sa famille, exprimé par de la communication verbale et non verbale) ;
  • "ancrée" culturellement (la maison veille à ce que l’enfant et sa famille - quelle que soit leur ethnie, Ndlr, avec appel au cas par cas à un traducteur/interprète, puisse bénéficier de soins adaptés

Voir aussi nos entrées Chronisanté


[1] C’est à dire certains soins paramédicaux (réadaptation, kinésithérapie, diététique), mais aussi classiquement, pour les cancers, par exemple, la prise en charge de la douleur).