(2012) Pauvreté des revenus : "plan de santé avec franchise élevée" (ou High-Deductible Health Plan)

Publié le 16.10.2012 | Mise-à-jour le 27.10.2012 | par Hélène Fagherazzi-Pagel

Des familles obligées de payer une lourde franchise franchise En deçà d’un montant, les patients supportent la totalité de leurs dépenses, le plus souvent sur 12 mois. aux Etats-Unis renoncent à des soins vitaux quand on les suit sur le long terme


1 - Des auteurs étatsuniens tirent la sonnette d’alarme sur le coût de la santé pour leurs concitoyens les plus modestes grâce à une étude concernant 208 familles dont au moins un de leurs membres est - ou était - atteint de maladie chronique (un enfant ou un adulte) (1).

L’exemple de l’insuffisance rénale non prise en charge au stade précoce est frappante : sa létalité est accrue, comparativement à un groupe de familles plus aisées ayant pu se doter d’une assurance santé couvrant la plupart des risques.

Les plus pauvres renoncent aux premières prestations payantes ou retardent en général les examens complémentaires, du fait des lourdes dépenses qu’ils occasionnent.

Selon l’étude, la taille de la population concernée par une maladie chronique (à haut risque) est trop grande pour imaginer des soins efficaces. Les auteurs conseillent d’employer de nouveaux modèles qui ouvrent la porte aux auxiliaires de soins (coopération entre professionnels de santé coopération entre professionnels de santé Délégation de soins dans un passé proche, il s’agit en cette deuxième décennie du XXIe siècle de coopération entre métiers de la santé au sens large. (voir aussi le Glossaire), permettant de meilleurs soins au moindre coût.

2 - Un autre article se penche en particulier sur l’insuffisance rénale (2). Ses auteurs vont dans le même sens : coopérer entre professionnels est urgent.

Les spécialistes en néphrologie ne peuvent être seuls interpelés : des prestations de soins englobant des partenariats entre médecins néphrologues et et médecin traitant (soins de santé primaires Soins de santé primaires Equivalent en français de "Soins de premier recours". Ce terme issu de la littérature anglaise (primary care) désigne les soins de première ligne, porte d’entrée vers tous les soins plus spécialisés. Voir le Glossaire. - voir aussi le Glossaire) sont fortement souhaités, intégrant également les auxiliaires médicaux pour faire baisser les coûts.

Des études montrent que certains de ces nouveaux modèles de soins donnent des résultats similaires à ceux observés lors de soins hyper spécialisés.

Mais s’ils sont rentables, ajoutent tous les auteurs, la satisfaction des patients reste à démontrer.


Sources

  • (1) Galbraith, A. A., Soumerai, S. B., Ross-Degnan, D., Rosenthal, M. B., Gay, C., Lieu, T. A., (2012), Delayed and Forgone Care for Families with Chronic Conditions in High-Deductible Health Plans, (2012), Journal of general internal medicine, 27(9), p.1105-11
  • (2) Shah, A., P., Mehrotra, R., (2012), Searching for new care models for chronic kidney disease, Kidney international, 82(6), p. 621-3

Voir aussi nos entrées Chronisanté

Sur les restes à charge (RAC) et le bouclier sanitaire

  • (2009) Mission bouclier sanitaire.
    Citation : Le bouclier sanitaire a pour objectif d’instituer un plafond des restes à charge (RAC) supportés par les patients sur la dépense remboursable Sur la coopération entre professionnels de santé.