(2012) Personnalité et affectivité : des liens robustes remis en cause en cas de déficience sensorielle grave chez le malade chronique âgé malvoyant ou malentendant

Publié le 15.05.2013 | Mise-à-jour le 17.05.2013 | par Hélène Fagherazzi-Pagel

Fragilisation par le stress dû à une déficience déficience Terme générique englobant toute lésion ou altération anatomique, physiologique ou psychologique... sensorielle : quid des associations entre traits de personnalité et affects [1] (positifs et négatifs), névrotisme [2] et expérience répétée d’affects négatifs ?


Il est établi que les associations entre affects et personnalité sont stables (dits " robustes", en psychologie Psychologie ) [3] Les associations entre affects et personnalité sont stables. Les traits de la personnalité et les émotions (domaine de l’affect, comme plaisir /déplaisir ou encore sensations agréable / désagréable) sont observés comme suit :

  • l’extraversion [4] est étroitement liée aux affects positifs (AP) mais pas aux affects négatifs (AN) ;
  • tandis que le névrotisme est étroitement liée aux AN (instabilité émotionnelle, induisant fréquemment anxiété et détresse) mais pas aux AP.

Méthodologie

Echantillon de population :

  • sujets gravement déficients visuels (N = 121) ;
  • sujets gravement malentendants (N = 116) ;
  • une population témoin (N = 150).

Hypothèse

Les auteurs cherchent à prouver que le stress associé à l’expérience d’un déficit sensoriel grave altère les données couramment décrites concernant la robustesse des liens observés entre affects et personnalité.

Résultats

En se basant sur une modélisation par équation structurelle [5], les auteurs constatent que :

  • 1 - la relation entre l’extraversion et les affects positifs (PA) est plus élevé chez les individus "sains" que dans les populations affaiblies par un trouble sensoriel (trouble de la vision ou de l’audition) ;
  • 2 - le lien étroit entre névrotisme et affects négatifs (AN) n’est pas affecté du tout par l’état sensoriel ;
  • 3 - une relation significative négative est démontrée entre l’extraversion et les NA, mais seulement dans le groupe avec une déficience déficience Terme générique englobant toute lésion ou altération anatomique, physiologique ou psychologique... visuelle (quand un sujet est malvoyant et extraverti, il a moins d’affects négatifs (et voir point 1 : moins d’affects positifs).

Le déficient visuel peut être aveugle.

Discussion

Les résultats soutiennent l’argument selon lequel la relation décrite comme robuste entre la personnalité et l’affectivité mérite une réserve, une "requalification", lorsque des troubles de la vision et de l’audition affectent un sujet âgé.


Wahl, H. -W., Heyl, V., Schilling, O., (2012), Robustness of Personality and Affect Relations Under Chronic Conditions : The Case of Age-Related Vision and Hearing Impairment, Journals of gerontology. Series B, Psychological sciences and social sciences, 67(6):687-96.

Voir aussi nos entrées Chronisanté :

  • (2009) Perte de qualité de vie dans le glaucome : une évidence peu mesurée.
    Vie quotidienne dans une maladie chronique non classée dans les Affections de longue durée (ALD) : futur GlauQOL-17.

    Extrait : selon les auteurs, on méconnaît la mauvaise qualité de vie des patients glaucomateux par une absence de mesure spécifique de qualité de vie des troubles visuels.

  • (2008) (3) Diagnostic et prise en charge de la dépression dans la maladie de Parkinson.
    Des taux de prévalence les plus divers de dépression ont été rapportés dans la maladie de Parkinson (de 4% à 70%).

    Voir ce qu’est l’anhédonie dans la dépression, extrait : anhédonie : perte d’affectivité caractérisée par l’incapacité d’éprouver du plaisir.

  • (2010 - 2030) Prospective santé : Institut national de prévention d’éducation pour la santé (INPES)
    Compétences psychosociales pour prévenir les maladies chroniques, inégalités de santé, vieillissement, mais aussi omniprésence de l’économie, rôle de l’État essentiel dans le secteur sanitaire, intersectorialité, bien-être (opérer des actes pour la santé globale).

    La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), extrait : DMLA (Dégénérescence maculaire liée à l’âge : destruction souvent très progressive - selon le type - des cellules rétiniennes de la macula, zone de la vision centrale, c’est-à-dire renvoyant au cerveau la vision précise (ce que l’on fixe). La personne devient malvoyante avec tache centrale (la vision périphérique et conservée, mais reconnaissance des visages, télévision, lecture, travaux et gestes habituels de précision sont peu à peu limités, voire impossibles). Elle est liée à l’âge et à d’autres facteurs de risque (la prévention existe au stade initial), et peut parfois être traitée - selon la forme, avec un succès encore limité (Ndlr).


[1] Disposition affective élémentaire (p. oppos. à intellect), que l’on peut décrire par l’observation du comportement, (...). (Psychol. 1969). Source : Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRTL) (Ndlr).

[2] On peut nommer ainsi le trait de personnalité névrotique, le névrotisme. Voir aussi nevroticism en anglais, et parfois en français (Belgique) : neuroticisme. Source : Books.google : Luminet Olivier (2002), Psychologie des émotions : Confrontation et évitement, Éditions De Boeck Université, 254 pages (Ndlr) et névrosisme (Canada), Granddictionnaire terminologique québécois. Trait stable de la personnalité qui désigne une réactivité très grande aux stimuli négatifs et la grande fréquence d’affects négatifs chez certains individus .

[3] Voir cette thèse en ligne : Mardaga Solange, (2008) LA PERSONNALITÉ COMME MODULATEUR DE LA RÉACTIVITÉ ÉMOTIONNELLE : UNE APPROCHE PSYCHOPHYSIOLOGIQUE, Thèse présentée en vue de l’obtention du titre de Docteur en Sciences Psychologiques.

Extrait : du fait de ces relations théoriques entre émotions et personnalité, de nombreux travaux se sont penchés sur les relations entre personnalité et réactivité émotionnelle, et des relations robustes ont été mises en évidence entre l’extraversion et le système d’activation comportementale (BAS) et les émotions positives, et entre le neuroticisme et le système d’inhibition comportementale (BIS) et les émotions négatives (...)

[4] Concernant "Introversion / Extraversion", Source : Wikipédia, Type psychologique.

Extrait : Ces deux notions ne sont pas à entendre tout à fait au sens où ces termes sont entrés dans le langage courant. En effet, l’extraverti prend son énergie principalement du monde, tandis que l’introverti prend son énergie principalement de lui-même. (...) Chaque personne possède une inclinaison plus ou moins prononcée vers l’un ou l’autre de ces orientations. (...)

[5] Modèle statistique permettant l’analyse de relations très complexes entre des variables (ici : traits de personnalité, affects).