(2012) Plan d’action sur la santé en ligne de la Commission européenne : naissance de l’e-patient ?

Publié le 11.03.2013 | Mise-à-jour le 07.06.2013 | par Hélène Fagherazzi-Pagel

Malgré la crise économique, la m-santé (santé mobile) est en pleine expansion (futur "livre vert " en 2014) : professionnels de santé et malades chroniques utilisent la télésanté Télésanté La télésanté est en bref un accès à plus de santé par des voies informatiques. , des millions d’Européens ont téléchargé des applications sur leurs téléphones intelligents (smartphones)


Les services de la Commission européenne [1] se sont penchés sur la législation de la télémédecine transfrontalière [2] (téléradiologie, téléconsultation, télésurveillance...).

La vice-présidente de la Commission européenne, madame Neelie Kroes, chargée de la stratégie numérique déclare : (...)

Le nouveau plan d’action européen sur la santé en ligne explique comment introduire les avantages du numérique dans les soins de santé et éliminer les entraves à des services de santé plus intelligents, plus sûrs et centrés sur le patient. (...) (voir approche centrée sur le patient Approche centrée sur le patient Modèle d’organisation des soins et des services en établissement de santé dans lequel tant l’environnement physique que l’organisation du travail sont étroitement adaptés aux besoins de la clientèle. dans le Glossaire Chronisanté, Ndlr)

Selon les experts, le plan d’action permettra de transformer le potentiel de l’e-santé e-santé L’e-santé comprend : "l’aide à l’information, la simplification de procédures, la gestion, l’archivage, la formation, la connaissance, le conseil, la prévention, l’échange, la prise en charge, la décision, au diagnostic, au traitement, à l’intervention, au suivi, etc." Voir la rubrique "Glossaire". en de meilleurs soins...

Depuis 2010, un plan d’action pour contrecarrer les défaillances éventuelles des "solutions numériques" en Europe est publié. Il estime que le marché mondial de la m-santé représentera 17,5 milliards d’euros par an en 2017 (9,8 milliards d’euros en 2010).

La stratégie numérique en santé comprend trois actions spécifiques :

L’e-santé devrait amener à plus de soins de qualité, à une approche centrée sur le patient effective et à une plus grande efficacité des systèmes de santé (si la qualité des soins est le maître-mot, en réduire les coûts est aussi son but).

En 2012, est lancé le réseau "Santé en ligne" rassemblant tous les États membres de l’Union européenne (UE) afin qu’ils élaborent des orientations pour l’interopérabilité de la santé en ligne (lien direct entre l’UE et les ministères nationaux chargés de la santé dans chaque pays).

Les problématiques :

Historique

La Commission européenne agit dans le domaine de l’e-santé depuis plus de dix ans. Parmi les précédentes actions de la Commission figurent :

  • premier plan d’action sur la santé en ligne (2004) ;
  • communication sur la télémédecine (2008) ;
  • Renewing Health (REgioNs of Europe WorkINg toGether for HEALTH), projet à grande échelle qui mesure l’efficience Efficience "Dimension économique de l’efficacité pratique où les conséquences - ou les résultats - d’une intervention sont reliés à l’utilisation qui est faite des ressources"[...]. et l’efficacité des services de télémédecine dans neuf régions d’Europe (où les solutions sont déjà opérationnelles pour la télé-surveillance et le traitement des patients souffrant de maladie chronique - diabète, broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), maladies cardiovasculaires (2008) ;
  • les recommandation sur l’interopérabilité des systèmes de dossiers informatisés de santé (2008) ;
  • l’adoption des premières dispositions législatives de l’UE sur l’interopérabilité de la santé en ligne, dans la directive relative aux droits des patients en matière de soins de santé transfrontaliers (2011) ;
  • l’opération pilote à grande échelle, transfrontière, dans toute l’Europe epSOS (23 pays), qui signifie European patients Smart Open Services, visant à tester l’interopérabilité des systèmes d’information de santé à l’échelle européenne [4] (de 2008 à 2012) ;
  • le "partenariat européen d’innovation pour un vieillissement actif" - Plan opérationnel : European Innovation Partnership on Active and Healthy Ageing (EIP on AHA), (quatre millions de citoyens séniors européens entre aujourd’hui et 2015), (dont l’un des objectif majeur est de mettre en place des systèmes de soins intégrés pour gérer les maladies chroniques et la dépendance (télésurveillance innovante), de 2011, jusqu’en 2020.

Mots-clés : Télésanté, E-santé, E-patient, santé mobile, m-patient, Approche centrée sur le patient, Dépendance, Personnes âgées, Maladie chronique, Télésurveillance, Téléprescription, Télémédecine, Télésurveillance, m-santé, e-health (ehealth).


Sources

Voir aussi dans Chronisanté

Dans Modèles/ALD... >Sites Web

Dans Ressources > Sites Web

Catel (réseau de compétences dans le domaine de la télésanté et autres téléservices) dispose d’un portail rassemblant 16 000 acteurs francophones du domaine de la télésanté

Dans Dimensions > Innovation télésanté

Voir aussi :

Dans la rubrique GLOSSAIRE

  • L’e-santé.
  • Les NTIC en santé.
  • Le DMP.
  • La télésanté.

[1] La Commission européenne représente l’intérêt général de l’UE. Elle joue un rôle moteur dans l’élaboration de la législation (...). Source : site Web CE .

[2] C’est-à-dire :

  • autorisations, de quel type ?
  • licence ou inscription dans l’État membre du patient ?
  • traitement informatique des données de santé ?
  • remboursement des services dédiés ?
  • régime de responsabilité applicable en cas de poursuite judiciaire ?

[3] Capacité des systèmes à opérer ensemble, sur le plan informatique.

[4] En France, c’est l’ASIP Santé qui met en œuvre ce projet. Les tests portaient sur les résumés de dossier médical et des services d’e-prescription (e-medication).