• Accueil
  • GLOSSAIRE
  • Disease management - Gestion de maladie (Québec) Voir le Care Continuum Alliance (m-à-j partielle juin 2013)

Disease management - Gestion de maladie (Québec) Voir le Care Continuum Alliance (m-à-j partielle juin 2013)

Publié le 18.10.2010 | Mise-à-jour le 21.06.2013 | par Hélène Fagherazzi-Pagel

Le Disease Management disease management Etats-Unis : le Disease Management est un système coordonné d’intervention et de communication en matière de soins, dirigé vers des populations pour lesquelles les efforts des patients eux-mêmes ont un impact significatif. Pour une histoire documentée du concept, voir le Glossaire. aux Etats-Unis ? le DM évolue vers un modèle où la personne, prise en charge globalement, voit toutes ses maladies "gérées" par un programme unique. Comment le conçoit-on lors de l’accompagnement du malade en France ?


L’entrée du glossaire intitulée "Disease management disease management Etats-Unis : le Disease Management est un système coordonné d’intervention et de communication en matière de soins, dirigé vers des populations pour lesquelles les efforts des patients eux-mêmes ont un impact significatif. Pour une histoire documentée du concept, voir le Glossaire. (DM)" est modifiée ci-après. La Disease Management Association of America (DMAA) devient le Care Continuum Alliance.

Le texte entre guillemets ci-dessous est inspiré du site de la société savante américaine Care Continuum Alliance [1]... "Traditionnellement - littéralement - la gestion des maladies chroniques(Disease management (DM)) a mis l’accent sur « cinq grandes » maladies chroniques :

  • diabète ;
  • cardiopathies ischémiques ;
  • bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) ;
  • asthme ;
  • insuffisance cardiaque.

Ces programmes sont généralement dispensés par téléphone par un infirmier qualifié. C’est le cas du programme Sophia Sophia A son origine (2007), programme d’accompagnement des patients atteints de diabète (Disease management à la française). en France. Il y a un échange (interaction) téléphonique normalisé assez long qui comprend une dimension pédagogique. Les patients sont appelés à jouer un rôle actif dans la gestion de leur maladie.
Mais bien sûr, en raison de la présence de comorbidités ou de polypathologies chez la plupart des patients à risque, l’approche de "disease management" classique pourrait devenir très difficile à mettre en oeuvre. En effet, aux Etats-Unis, les patients sont pris en charge par plusieurs programmes. Au fil du temps, l’activité s’est déplacée vers un modèle plus centré vers la personne dans lequel toutes les maladies du même patient sont gérées par un programme de "Disease Management" unique."

Ou bien : le DM évolue vers un modèle où la personne, prise en charge globalement, voit toutes ses maladies "gérées" par un programme unique.

En France, on peut lire dans l’Axe 3 du plan pour l’amélioration de la qualité de vie Qualité de vie Aux confins du social et du psychologique - ou de "l’individuel", la qualité de vie liée à la santé est multidimensionnelle. des malades atteints de maladie chronique de 2007-2011 : "Développer un accompagnement personnalisé des malades".

DEFINITIONS

1 - Selon certains auteurs, le terme est intraduisible en français. Cependant, dès les années 1990, le concept est apparu en France, et sa traduction devenait "Gestion globale de la maladie". Le Disease management constitue, selon Pierre Lebert en 1996 : L’évolution supérieure du "managed care Managed care C’est l’ensemble des outils de gestion des soins censés offrir
aux assurés la meilleure qualité au meilleur rapport coût/efficacité). Traduit en français par soins intégrés ou maîtrise médicalisée des dépenses de santé.
".
Il est basé sur une approche plus globale de la maladie et de la santé, par l’intégration de tous les maillons de la chaîne des soins (mais aussi d’actions de prévention et d’information) et par l’adoption d’une démarche visant à l’amélioration qualitative de la distribution des soins
. L’auteur concluait en disant : "La finalité demeure essentiellement économique". Rappel de l’objet du marché de l’appel d’offre pour débuter le premier programme français (A) : étude : identification à partir des programmes existant à l’étranger des éléments transposables en France permettant d’obtenir et de rendre pérenne l’adhésion des patients atteints d’un diabète de type 2 à un programme d’accompagnement".
(A) Voir l’appel d’offres de 2006.

2. Une définition plus récente pourrait s’inspirer d’un organisme belge : Le Disease Management (DM) est un processus dans lequel les diverses parties prenantes (patients, prestataires et organismes assureurs) se mettent d’accord sur les standards à suivre en matière de prévention, diagnostic, traitement d’une affection ainsi que sur les moyens financiers qui doivent être mobilisés pour répondre à ces standards.

3. Des Suisses parlent de "programme de suivi pour les patients atteints de maladies chroniques", et ils résument le concept ainsi : Le disease management repose sur : 1) une organisation intégrée des soins ; 2) des pratiques basées sur des évidences scientifiques ; 3) un système d’information sophistiqué ; 4) des méthodes d’amélioration continue de la qualité de soins.

4 - La définition américaine était enfin la suivante : Le disease management est un système coordonné d’intervention et de communication en matière de soins, dirigé vers des populations pour lesquelles les efforts des patients eux-mêmes ont un impact significatif.


Sources :

1 . Lebert, P., (1996) 43, Disease management, sommes-nous convertibles ? Région santé, Est medecine,(43):5-8.

2. Et si on essayait le Disease management ? (2006) n ° spécial, Fax Medica, 18 p. Voir en particulier : Qu’est-ce que le Disease management ?.

3. Gaspoz J. M., Rutschmann, O., (2005), Faut-il avoir peur du disease management ? (1) Le volet hospitalier : Thérapeutique. Revue médicale suisse, 27,12-6.

4. Le Disease Management Association of America (DMAA) a changé de nom pour The care continuum alliance. Elle donne sa déinition officielle Care Continuum Alliance (CCA) Definition of Disease Management sur son site.


Voir aussi nos entrées Chronisanté


[1] Cette organisation comprend plus de 200 entreprises et particuliers intervenants, y compris dans le domaine du "bien-être", de la maladie, des organisations de gestion, des fabricants de produits pharmaceutiques et des "gestionnaires de prestations", des innovateurs dans le domaine des technologies de l’information, des biotechnologies, des employeurs, des médecins, des infirmiers et autres professionnels de santé, des chercheurs et des universitaires.