Elisabeth Hubert a remis son rapport au Président de la République française

Publié le 01.12.2010 | Mise-à-jour le 14.12.2010 | par Hélène Fagherazzi-Pagel

Télémédecine "boostée" par le "Grand Emprunt" : un bénéfice pour les maladies chroniques


Le docteur Elisabeth Hubert, ancienne ministre de la santé, députée, a été chargée d’une mission sur la médecine de proximité (soins de premier recours Soins de premier recours Comme son nom l’indique, le médecin généraliste est le soignant de l’offre de soins de premier recours. , soins de santé primaires Soins de santé primaires Equivalent en français de "Soins de premier recours". Ce terme issu de la littérature anglaise (primary care) désigne les soins de première ligne, porte d’entrée vers tous les soins plus spécialisés. Voir le Glossaire. ) le 27 avril dernier.

L’aide à l’installation dans les zones "sous-denses" pourrait être le point fort de ce rapport. Les syndicats médicaux entrevoient dans certaines mesures décrites un aspect coercitif, voire lourdement "étatique". Par exemple, les maisons de santé seraient des établissements qui devraient bénéficier de financements publics. Elles gèreraient ensuite leur budget. On rejoint alors, pour les pathologies lourdes et coordonnées, un accompagnement avec :

Cette réflexion sur la médecine générale, selon l’interview d’Elisabeth Hubert le 26 novembre 2010, aboutit :

Le dossier médical personnel (DMP) est déjà en construction. L’ancienne ministre propose que les NTIC en santé NTIC en santé Nouvelles technologies de l’information et de la communication en santé. Convergence de l’informatique et du multimédia permettant la « télésanté » (traitement, stockage, diffusion et échange de l’information). fassent transiter des fiches de synthèse entre l’hôpital et les lieux de soins de premier recours (modernisation des systèmes d’information). L’interopérabilité [2] est un préalable .

La communication au sein de l’ensemble du monde de la santé est souhaitée. La coopération entre professionnels de santé coopération entre professionnels de santé Délégation de soins dans un passé proche, il s’agit en cette deuxième décennie du XXIe siècle de coopération entre métiers de la santé au sens large. sera encouragée. C’est une façon innovante de communiquer formellement entre professionnels et surtout pallier le manque de médecins (délégation de tâches, délégation de soins délégation de soins En santé, il exprime le fait de déléguer une tâche, jusqu’alors dévolue au médecin, auprès d’autres soignants, au sein d’une équipe de soins de santé primaire (ou de "premier recours"). Voir définition documentée dans le Coopération entre professionnels de santé. ).

Les différentes déclarations d’Elisabeth Hubert auprès des médias mettent en évidence combien la médecine de proximité vit une crise :

  • raréfaction de médecins, quasiment absents dans les campagnes (le terme "déserts médicaux") ; les médecins se plaignent tous de leur durée de travail hebdomadaire qui va croissante ;
  • dévalorisation de la profession et taux de plaintes élevé.

Un des facteurs de désertion de la profession de médecin généraliste sera peut-être modifié : il s’agit de la rémunération. Les affections de longue durée bénéficient déjà une fois par an d’une visite un peu mieux rémunérée (comprise dans le protocole de soins). La création d’un acte revalorisé de consultation complexe (et longue) [3] concerne en particulier les maladies chroniques. Elisabeth Hubert déclare aussi vouloir "revaloriser" la filière de l’internat en médecine générale (stages, attrait, incitations, installation facilitée).

L’utilisation du "Grand Emprunt" est un sujet constamment débattu. On voit dans les modèles, (voir notre rubrique Chronisanté intitulée "Modèles") combien prendre en charge les maladies chroniques passe par la fluidité de la communication entre les différents professionnels (et donc l’utilisation de l’e-santé e-santé ). Dès janvier 2010, la commission Gallien sur l’avenir du grand emprunt (Haut Conseil français pour la télésanté et les coopérations francophones) avait déclaré que la télésanté était l’une des priorités du "Grand Emprunt".


Source :

Voir le communiqué de presse de l’Elysée du 26 novembre 2010 : Médecine de proximité : des mesures fortes dès 2011 pour répondre aux défis identifiés dans le rapport HUBERT.

Pratis.com, chaine Web TV professionnelle, entretiens avec la presse à la sortie de l’Elysée le 26 novembre 2010.

Voir le site du portail de la télésanté CATEL (réseau multidisciplinaire de compétences en télésanté et autres téléservices), né en 1997.

Voir aussi nos entrées Chronisanté :


[1] Centre hospitalier universitaire.

[2] Mot d’informatique qui signifie compatibilité entre systèmes "matériels" pour la lecture possible de fichiers informatiques quel que soit le lieu.

[3] Qui sera cependant à "enveloppe fixe" pour la Caisse d’assurance maladie, Ndlr.