Empowerment

Publié le 22.04.2013 | Mise-à-jour le 11.05.2013 | par Hélène Fagherazzi-Pagel

Et maladies chroniques... Le terme anglais est souvent employé sans traduction en français ; rejoint de façon lacunaire les concepts d’autonomisation, de responsabilisation, d’auto-détermination, de renforcement, d’habilitation, ceux des autosoins Autosoins Stratégie acquise par le patient pour gérer sa santé en vue de l’améliorer. Le malade apprend à s’autosoigner. , de l’auto-prise en charge, de l’autogestion, de l’auto-efficacité, du contrôle de sa vie...


Il y a pléthore de textes sur ce concept infiltré dans la littérature scientifique sur l’auto-prise en charge des personnes malades chroniques. Il est employé dans le cadre des maladies chroniques en éducation thérapeutique du patient (ETP).

L’empowerment (ou "prise" ou "transfert" ou "(ré)appropriation", voire "reconquête" de (son)pouvoir (?)) est un terme employé dans diverses disciplines : psychologie Psychologie communautaire, sociale et politique en premier lieu, comme une noition abstraite, dans les années 1980 (sur le plan collectif, puis individuel [1]). Venu dans le champ de la santé, comme un concept concret, impliquant un processus, le terme anglais est souvent employé sans traduction en français. En psychologie, l’empowerment rejoint les notion d’auto-efficacité Auto-efficacité Sentiment d’efficacité personnelle (croyance vraie ou fausse du patient pensant qu’il est possible d’atteindre un objectif). , de compétence...

Les anglophones eux-mêmes expriment l’impossibilité de définir ce terme polysémique (plusieurs sens) selon son contexte d’utilisation.

Sources de Belgique, Québec et France :

  •   1. Auto-détermination, auto-efficacité, securite et coherence identitaire

Belgique : une thèse de 2007 applique le concept d’empowerment pour les patients malades chroniques :

Le concept d’empowerment a été “importé” dans le champ de la santé publique et de la promotion de la santé à partir d’autres disciplines, en particulier la psychologie communautaire, au motif qu’il serait un facteur salutogène pour l’être humain, contrairement à l’absence de pouvoir – réel ou ressenti- (powerlessness), qui serait un facteur pathogène pour l’Homme (...)

Source :

Aujoulat, Isabelle. L’empowerment des patients atteints de maladie chronique : des processus multiples : auto-détermination, auto-efficacité, securite et coherence identitaire. Prom. : Deccache, Alain (2007), thèse, Faculté de Médecine, Ecole de santé publique, Unité d’Education pour la Santé RESO, Thèse de doctorat en santé publique, Option : Education du patient. Thèse en accès libre à télécharger (accès le 19 avril 2013) : http://hdl.handle.net/2078.1/5226

  •   2. Empowerment (Renforcement)

France : dans le Glossaire multilingue en santé publique sur le site de la Banque de données en santé publique (BDSP) :

Processus dans lequel des individus et des groupes agissent pour gagner la maîtrise de leurs vies (...)

Leur estime de soi est renforcée, leur sens critique, leur capacité de prise de décision et leur capacité d’action sont favorisées. (...)

N.B.

Les traductions du terme anglais " empowerment " sont souvent insatisfaisantes. C’est pourquoi, dans plusieurs langues (ex. : allemand, italien, français), le terme original anglais est repris.

Source :

Glossaire européen multilingue en santé publique (BDSP)

  •   3. Habilitation et contrôle de sa vie

Québec : extrait d’un article de 2004 sur la qualité des soins aux malades chroniques, lu sur le site de la BDSP.

L’empowerment résulte d’un processus d’aide qui permet à une personne de prendre sa situation en main, c’est-à-dire d’agir de son propre gré afin d’atteindre un plus grand contrôle de sa vie ; d’effectuer des choix éclairés et délibérés et de croire qu’elle peut influencer positivement son avenir (Paul et al., 1997) ;

(en note ) :
Empowerment est un terme anglophone qui n’est pas encore traduit en français de manière adéquate. Les vocables français d’habilitation, d’appropriation et d’autogestion lui sont parfois associés, mais ils ne traduisent pas l’essence totale du mot. Nous avons donc choisi, dans cette étude, de conserver le mot « empowerment » qui parfois pour des fins de langue française sera traduit par le terme habilitation.

Source :

Gagnon, J., Grenier, R, (2004) Élaboration et validation d’indicateurs de la qualité des soins relatifs à l’empowerment dans un contexte de maladie complexe à caractère chronique. Recherche en soins infirmiers, 76, 50-67.


[1] Rappaport, J. (1981). In praise of paradox : A social policy of empowerment over prevention. American Journal of Community Psychology, 9, 1-25.