Qui sommes-nous ? Pourquoi ce site ?

Publié le 03.09.2009 | Mise-à-jour le 15.06.2013

 Rédaction - Equipe éditoriale

  • Hélène Fagherazzi-Pagel
    Docteur en médecine, Ingénieur CNRS, secteur santé/médecine

Secteur santé/médecine
Pôle structuration des connaissances, Inist-CNRS

 Objectif

Le site ChroniSanté, créé en 2009, est édité par l’Inist-CNRS [1].

Voir cet encart Chronisanté dans Actualités et dossiers en santé publique consacré aux maladies chroniques, en 2010. Voir le sommaire, sur le site du Haut Conseil de la santé publique (HCSP).
(http://www.hcsp.fr/explore.cgi/adsp?ae=adsp&clef=112&menu=111282).

Ce mini-article nous décrit en 2010.

Durant l’année 2009, ce site a contribué - grâce à son contenu scientifique et à une plateforme de veille bibliographique, avec accès restreint - aux réflexions des membres du groupe de travail "Prise en charge des maladies chroniques", commission spécialisée "Maladies chroniques" (CSMC), Haut Conseil de la santé publique (HCSP). Il a tout d’abord été conçu comme un système d’aide à la décision. Il reste un site ressource, de veille et d’actualités.

Voir le site du HCSP : http://www.hcsp.fr et le rapport intitulé La prise en charge et la protection sociale des personnes atteintes de maladie chronique faisant mention de Chronisanté.

Des articles issus de la recherche internationale, comme des informations officielles ou bien des documents issus de sociétés savantes sont signalés ou résumés sur le site Chronisanté. Quand ils existent, les liens vers le texte intégral des documents en ligne sont proposés. Le site donne également accès à de nombreuses autres sources d’informations (modèles, événements, glossaire, veille bibliographique, liens et concept de "maladie chronique", par pays).

Le portail s’adresse à un public averti (acteurs en santé, étudiants, citoyens intéressés par le sujet).

Le site est propriété de l’Inist-CNRS, Institut de l’information scientifique et technique du CNRS, organisme public, et ne reçoit aucun financement privé.

 Choix graphiques

Le vert

Couleur d’espoir, de maladie, et d’instabilité. Celle de la pharmacie, et en définitive, de la nature...

Les statues

  • Hygie, déesse de la santé, le caducée, le serpent qui crache le remède dans une coupe (symbole des pharmaciens),ici de l’innovation en santé
  • Caducée à deux branches, symbole du commerce, plutôt attribué à Hermès, le dieu du commerce, mais tenu en mains par Hygie, déesse grecque de la santé, sur cette statue étatsunienne.
  • Le penseur, d’Auguste Rodin, pour l’aspect psychologique et social.
  • Statuette appelée "Le Dieu du Temps qui passe", trouvée dans les jardins du manoir d’Eyrignac, en Dordogne (France), lors de travaux de terrassements au XXe siècle. Le dieu est représenté avec une urne funéraire sous son bras gauche et un sablier sous son pied droit. Source de cet extrait : File:The God of Passing Time (Eyrignac).JPG, Wikimedia commons. Voir aussi les crédits photos.

 Axes de travail traités pour ce site

Le schéma cliquable ci-dessous représente les thèmes développés sur ce site

Dimensions de la prise en charge des patients atteints de maladie chronique {GIF}

La prise en charge des maladies chroniques relève autant du champ médical que des champs social et psychologique, politique et économique.

L’avenir est une préoccupation constante : coûts, innovations, assurance maladie, politique sanitaire...

 Ce site est certifié, qu’est-ce que la certification ?

La certification des sites de santé en France résulte d’une disposition réglementaire de la Haute autorité de santé, Conseil national de l’Ordre des médecins, France (Article L 161-38 de la loi n° 2004-810 du 13 août 2 004 relative à l’assurance maladie). "La Haute Autorité de Santé est chargée d’établir une procédure de certification des sites informatiques dédiés à la santé (...)".

Source : Haute autorité de santé (HAS), La certification des sites de santé en France, Rapport d’activité (Novembre 2007 – Novembre 2008). Service Qualité de l’Information Médicale, Décembre 2008.


[1] La conception première du site Chronisanté a été le sujet d’un stage réalisé par Philippe Lambert, Doctorat de l’Inalco, (Institut national des langues et civilisations orientales), spécialiste en Information scientifique et technique. Participation au site dans le cadre de son Master 2 "Information scientifique et technique/Intelligence économique" (IST/IE) de l’université de Nancy 2 de février à juin 2009.