Relation d’aide, aide aux aidants et trouble de type Alzheimer (TTA) : maladie chronique emblématique de l’interdépendance aidant-aidé

Publié le 07.02.2013 | Mise-à-jour le 08.02.2013 | par Hélène Fagherazzi-Pagel

L’Aidant naturel ([informal] caregiver en anglais) : hébergement temporaire, répit pour les aidants, accompagnement et formation, aspect psychologique : interrogation de la banque de données en santé publique (BDSP), (Notices 2012), lien vers texte intégral


Bibliographie BDSP réalisée le 07/02/2013

Equation de recherche : (aidant* ou caregiver*) AND Fulltext=1*.

Principaux mots-clés : Personne âgée, France, Aide aux aidants, Donnée statistique, Personne handicapée, Dépendance, Démence Alzheimer, Enquête, Financement, Formation.

  • PROVENCHER (Hélène), GAGNE (Camille), LEGRIS (Luc). L’intégration de pairs aidants dans des équipes de suivi et de soutien dans la communauté : points de vue de divers acteurs. Québec : OPHQ ; 2012.
    http://www.bdsp.ehesp.fr/Fulltext/4...
    Le but général de cette étude vise à décrire le processus d’intégration de pairs aidants dans six équipes de suivi et de soutien dans la communauté. On trouvera des informations sur : 1 - les éléments-clés de la phase de préparation (avant l’arrivée du pair aidant dans l’équipe) ; 2 les éléments-clés de la phase d’implantation (après l’arrivée du pair aidant dans l’équipe) ; 3 - les effets de l’intégration des pairs aidants ; 4 - la dynamique du processus d’intégration, notamment à l’égard de recoupements entre la phase de préparation et la phase d’implantation. (RA).
  • NAIDITCH (M.). Comment pérenniser une ressource en voie de raréfaction ? Enseignements d’une comparaison des politiques d’aide aux aidants des personnes âgées dépendantes en Europe. QUESTIONS D’ECONOMIE DE LA SANTE 2012/05 ;(176):8p.
    http://www.bdsp.ehesp.fr/Fulltext/4...
    La délivrance de l’aide et l’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie, bien que différant d’un pays européen à l’autre, ont un point commun : les aidants (familiaux ou proches) y occupent une place prépondérante. S’assurer de façon pérenne de leur présence constitue un enjeu majeur notamment du fait qu’ils contribuent à atténuer le montant du financement de la dépendance. La mise en place d’une politique d’aide aux aidants en Europe est donc considérée comme une des composantes essentielles de la politique de prise en charge des personnes âgées dépendantes. Dans le cadre du programme de recherche européen Interlinks, un groupe de travail s’est interrogé sur la possibilité d’isoler et de décrire un ensemble de mesures qui dessinerait l’ossature d’une politique spécifique "d’aide aux aidants". Comment évaluer l’impact de cette politique sur ses destinataires ? Comment juger de sa capacité à s’intégrer de façon synergique à celle destinée aux personnes âgées en perte d’autonomie ? Afin de répondre à ces questions, un cadre conceptuel a été élaboré. Il a abouti à une classification originale des différents types de mesures de support à partir de critères dont le principal distingue les mesures dites spécifiques, ciblant uniquement les aidants, de celles dites non spécifiques, visant simultanément aidants et aidés.
  • SOULIER (Noémie). Aider un proche âgé à domicile : la charge ressentie. ETUDES ET RESULTATS - DREES 2012/03 ;(799):8p.
    http://www.bdsp.ehesp.fr/Fulltext/4...
    Les personnes âgées vivant à domicile sont aidées en grande partie par leur entourage. En 2008, en France, 3,4 millions de personnes aident un proche de 60 ans ou plus, à domicile, dans les tâches de la vie quotidienne. Cette activité d’aide a des conséquences sur la vie des aidants et peut engendrer un sentiment de charge. Deux aidants sur dix ressentent une charge importante, synonyme de fatigue morale ou physique. Leur investissement dans une aide diversifiée et l’absence d’un réseau de soutien intensifient la charge ressentie. La vie professionnelle des aidants doit s’adapter aux exigences de l’activité d’aide et la vie sociale devient difficile à organiser. La conciliation entre l’activité d’aide et la vie familiale, professionnelle et sociale des aidants apparaît comme un point essentiel. Cet éclairage permet de guider des actions de soutien ou de prévention à l’attention des aidants.
  • Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie. (C.N.S.A.). Paris. FRA. Rapport CNSA 2011 : accompagner les proches aidants, ces acteurs "invisibles". 2012.
    http://www.bdsp.ehesp.fr/Fulltext/4...
    Ce rapport rend compte de la façon dont la CNSA gère les crédits qui lui sont confiés. Il présente son bilan d’activité et de ses services au cours de l’année 2011 dans ses fonctions financières, d’animation de réseau, de recherche et d’agence chargée de garantir l’égalité de traitement sur l’ensemble du territoire. L’année 2011 aura été celle du débat public sur la dépendance, débat auquel la CNSA a participé et contribué, de même que de nombreux membres de son Conseil. Le Conseil de la CNSA s’est emparé de la problématique du soutien aux aidants familiaux et contribue à mettre dans le débat public et dans le chantier des réformes à venir un regard renouvelé et une synthèse de qualité sur un enjeu crucial pour les équilibres sociaux et sociétaux des années à venir. Le rapport se présente en trois parties : le texte du rapport 2011 approuvé par le Conseil de la CNSA en avril 2012 ; ses annexes (budgets, concours aux départements au titre de l’APA, de la PCH et des MDPH, PRIAC, PAI.) ; les fiches repères recto-verso qui synthétisent en quelques lignes ce qu’il faut savoir d’une action conduite par la Caisse.
  • AGNES (Véronique), AVRIL (Jean-François), BARBOSA (Guillaume), DERLOT (Chantal), DRAME (Mariyam), FUERTES (Carmen), LAVALLARD (Aurore), LEFOULON (Guillaume), LOUBET (Laurence), MARCHAL (Patricia). Le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes : une politique complexe et ambiguë. Memoire EHESP de Module Interprofessionnel (MIP). Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique. (E.H.E.S.P.). Rennes. FRA / com. ; 2012.
    http://www.bdsp.ehesp.fr/Fulltext/4...
    Le développement du maintien à domicile des personnes âgées résulte d’un volontarisme politique continu depuis le rapport Laroque de 1962, qui en constitue le point de départ historique, jusqu’à l’actuel débat national sur les modalités de prise en charge de la dépendance. Plusieurs facteurs contribuent à ce phénomène : les progrès technologiques et médicaux, la volonté de mieux prendre en compte le "projet de vie" individuel de la personne âgée, le souhait de plus en plus évident de soutenir un secteur riche en création d’emplois. Cette évolution aboutit à une plus grande professionnalisation des aidants qu’illustre la création du Diplôme d’Etat d’Auxiliaire de vie sociale (DEAVS) en 2002. Celle-ci s’accompagne d’une rénovation des instruments juridiques et financiers à disposition des différents acteurs concernés avec le remplacement de la Prestation Spécifique Dépendance (PSD) par l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA). La professionnalisation a pour conséquences une meilleure formation ainsi qu’une meilleure reconnaissance des professionnels aboutissant à une plus grande efficience Efficience "Dimension économique de l’efficacité pratique où les conséquences - ou les résultats - d’une intervention sont reliés à l’utilisation qui est faite des ressources"[...]. et à une meilleure qualité de la prise en charge des personnes âgées dépendantes. Pour autant, cette évolution positive connait des limites liées notamment aux insuffisances du financement. (R.A.).
  • LEON (Christophe), KREFT-JAÏS (Carmen), BREINING (Alice), BECK (François). Maladie d’Alzheimer : enquête sur les connaissances, opinions et comportements des Français. LA SANTE DE L’HOMME 2012/03-04 ;(418):4-5.
    http://www.bdsp.ehesp.fr/Fulltext/4...
    Selon une enquête menée par l’Inpes en 2010, plus d’un quart des Français ont connu dans le passé ou connaissent actuellement dans leur entourage une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer. Parmi ces personnes, un tiers déclare être ou avoir été aidant pour les actes ou tâches de la vie quotidienne. Près des trois quarts des aidants le sont de façon régulière. Par ailleurs, neuf personnes sur dix souhaiteraient qu’on les informe du diagnostic si elles avaient des signes évocateurs de la maladie d’Alzheimer.
  • Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie. (C.N.S.A.). Paris. FRA. Rapport de la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie 2011. Paris : CNSA ; 2012.
    http://www.bdsp.ehesp.fr/Fulltext/4...
    Le Conseil de la CNSA formule tous les ans, dans le cadre du rapport d’activité de la Caisse, des propositions sur l’évolution du système de protection sociale dans le champ de l’aide à l’autonomie. Le rapport 2011 se penche sur les besoins des 8,3 millions d’aidants de personnes âgées et de personnes handicapées. Il formule 21 préconisations pour développer et amplifier des politiques publiques d’aide aux aidants qui soient attentives à leurs besoins propres et reconnaissent le rôle essentiel qu’ils jouent. La partie activité du rapport annuel retrace les actions de la Caisse : le dialogue mené avec les équipes des agences régionales de santé pour les accompagner dans la définition de leur schéma régional d’organisation sociale et médico-sociale ou dans la mise en oeuvre d’appels à projets ; son implication dans différents plans de santé publique ; la création et l’animation de réseaux de professionnels des maisons départementales des personnes handicapées ; le soutien aux conseils généraux pour renforcer et déployer leur politique de maintien à domicile et aux programmes de modernisation des fédérations.
  • FREMONTIER (M.), AQUINO (J.P.). Psychologues et maladie d’Alzheimer. LA LETTRE DE L’OBSERVATOIRE DES DISPOSITIFS DE PRISE EN CHARGE ET D’ACCOMPAGNEMENT DE LA MALADIE D’ALZHEIMER 2012/04 ;(23):12p., tabl.
    http://www.bdsp.ehesp.fr/Fulltext/4...
    La Fondation Médéric Alzheimer a réalisé en 2011 une enquête nationale auprès des psychologues, pour mieux connaître les différents types d’interventions qu’ils sont amenés à pratiquer auprès des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de maladies apparentées. Il s’agissait également d’identifier les problèmes qu’ils rencontrent dans la prise en charge de ces personnes. 10 192 psychologues ont été contactés, et 3250 ont répondu à l’enquête, soit 32%. Parmi ces répondants, 945 (29%) déclarent être intervenus auprès de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer récemment ou pas. Ce document précise qui sont ces psychologues, leurs interventions auprès des malades d’Alzheimer, les interventions auprès des familles ou des aidants professionnels, leur pratique quotidienne et leur formation initiale et complémentaire et leurs travaux de recherche. Enfin, le point de vue de plusieurs professionnels est donné. (extrait de l’introduction).
  • FONTAINE (D.), CASTEL-TALLET (M.A.), MOURAINE (M.), PIVARDIERE (C.). État des lieux 2011 des dispositifs d’accompagnement de la maladie d’Alzheimer. LA LETTRE DE L’OBSERVATOIRE DES DISPOSITIFS DE PRISE EN CHARGE ET D’ACCOMPAGNEMENT DE LA MALADIE D’ALZHEIMER 2012/06 ;(24):16p., tabl.
    http://www.bdsp.ehesp.fr/Fulltext/4...
    L’enquête nationale annuelle 2011 de la Fondation Médéric Alzheimer a porté sur 13 800 dispositifs pouvant intervenir dans l’accompagnement des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de leurs aidants. Plus de 9 600 structures (70%) ont répondu à cette enquête. L’enquête a recensé 511 consultations mémoire, dont 403 labellisées ; 1 098 lieux d’information ou de coordination Coordination gérontologique, parmi lesquels 57 MAIA (maisons pour l’autonomie et l’intégration des malades Alzheimer) ; 1 781 accueils de jour, regroupant 11 744 places. 91% des 6 821 EHPAD et 95% des 540 USLD accueillent à l’entrée les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. 2 456 EHPAD ou USLD ont une unité spécifique Alzheimer, 84 ont une UHR (unité d’hébergement renforcée). Dans 50% des EHPAD et 63% des USLD, les personnes hébergées sont atteintes de troubles cognitifs modérés et sévères. 2 385 dispositifs proposent des actions de soutien aux aidants (réseau France Alzheimer, mais aussi des lieux d’information et des accueils de jour).
  • LABROUSSE (Marilyn), RECORD (Charles-Henri), PICHERIT (Lydie), LECOQ (Dominique), LABRUYERE (Brigitte), BERTOCCHI, CHATONNET, GODOT, PASQUIER, METENIER, BIARD, BARTHELEMY (Angélique). Rapport final concernant la mise en oeuvre de l’unité ressources pour le développement de l’accueil temporaire dans le département de l’Allier. Paris : Eneis Conseil ; 2012.
    http://www.bdsp.ehesp.fr/Fulltext/4...
    L’unité ressources pour l’accueil temporaire auprès de la MDPH de l’Allier a été créée suite à une étude de besoins. Cette étude spécifique, dédiée à l’accueil temporaire, a été menée en 2005 à la demande de la MSA en lien avec le GRATH et le Conseil général de l’Allier. Au moment de l’étude des besoins, on recensait dans le département 614 bénéficiaires de l’AEEH (0,82% de la population âgée de 0 à 20 ans recensée en 1999) et 6785 bénéficiaires de l’AAH (2,51% de la population adulte recensée en 1999), dont les 3/4 sont reconnus handicapés à 80% et plus. Dans 75% des cas, les aidants familiaux étaient directement impliqués dans le soutien des adultes handicapés, et parmi ces situations, il s’agissait pour 27,4% de familles monoparentales ou de parents âgés de plus de 65 ans. Trois motifs principaux de besoins d’accueil temporaire ont été évoqués : séjours de vacances, indisponibilité de l’aidant principal pour des raisons de santé, temps de répit pour les aidants. 29,6% des répondants souhaitaient avoir recours à l’accueil à domicile, 26,7% à l’accueil en institution, et 19,5% aux solutions en famille d’accueil. Lorsque l’on prend en compte uniquement les premiers choix, 43,2% des répondants optaient pour l’accueil à domicile. Près de la moitié des répondants souhaitent un accueil de proximité, dans la limite de 5 à 15 minutes et/ou 5 à 15km de leur domicile.
  • VINCENT (I.), BORIE (M.). Maladie d’Alzheimer : réaliser une visite longue. 2012/05 ;6p., tabl.
    http://www.bdsp.ehesp.fr/Fulltext/4...
    La visite longue, réalisée par le médecin traitant au domicile du patient, est l’occasion de mieux situer celui-ci dans son cadre de vie habituel, et de vérifier l’adéquation entre ses besoins, ceux de son entourage et les moyens mis en place. Elle permet à chacun d’eux de participer activement aux décisions concernant sa prise en charge thérapeutique et médico-sociale. Cette visite longue a été créée dans le cadre du Plan Alzheimer 2008-2012 pour améliorer la prise en charge à domicile des personnes atteintes d’une maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée. Elle est inscrite dans la convention entrée en vigueur le 26 septembre 2011 entre les médecins et la CNAMTS. Le déroulé de cette visite est à adapter selon le stade de la maladie et son contenu ne remplace pas celui d’un suivi habituel. Bien évidemment, elle ne peut avoir lieu que si le diagnostic a été annoncé à la personne et à son entourage. Ce document propose des questions concrètes et des pistes pour son déroulement. (R.A.).
  • CHAMBRE LEFEBVRE (Mathilde). L’innovation sociale dans le champ de la dépendance - L’exemple de la plateforme de Donzère (Drôme). Master EHESP Pilotage des politiques et des actions en santé publique - PPASP. Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique. (E.H.E.S.P.). Rennes. FRA / com. ; 2012.
    http://www.bdsp.ehesp.fr/Fulltext/4...
    Ce mémoire traite de l’innovation sociale dans le secteur de la dépendance en s’appuyant sur un exemple de projet significatif à Donzère dans la Drôme. Il s’attache à dégager des facteurs de réussite de projets innovants en se plaçant du point de vue des tutelles, en particulier les ARS. L’analyse se place d’abord dans le contexte général marqué par le vieillissement de la population, le pilotage par appel à projet et l’existence de contraintes financières fortes. A travers l’exemple développé l’innovation est placée au service des personnes âgées dépendantes et des personnes handicapées vieillissantes. Ce dernier public connaît aujourd’hui un fort déficit de structures adaptées et reste absent des politiques nationales d’où la place majeure de l’innovation. (R.A.).
  • Ministère du Travail de l’Emploi et de la Santé. Paris. FRA, Ministère des solidarités et de la cohésion sociale. Paris. FRA. Plan Psychiatrie et Santé mentale 2011-2015. Paris : Ministère du travail de l’emploi et de la santé ; 2012/02.
    http://www.bdsp.ehesp.fr/Fulltext/4...
    Ce nouveau plan 2011-2015 prend en compte l’évaluation du Plan psychiatrie Santé Mentale 2005-2008 établie en 2011 par la Cour des Comptes et le Haut Conseil de la santé publique (HCSP). Il s’adresse à tous ceux qui interviennent dans le champ de la psychiatrie et de la santé mentale, que ceux-ci soient ou non des intervenants sanitaires, qu’ils soient professionnels du domaine ou simples citoyens. Parmi les priorités majeures du nouveau plan : garantir un égal accès à des soins de qualité quel que soit le lieu de vie ou la situation sociale de la personne vivant avec des troubles psychiatriques, prévenir les ruptures dans les parcours de vie de ces personnes en conjuguant notamment les soins et l’accompagnement, lutter contre la stigmatisation stigmatisation Parole ou action menant à transformer une déficience, une incapacité ou un handicap en une marque négative pour la personne. Voir Le Grand Dictionnaire terminologique québécois. des personnes malades, donner toute leur place aux aidants et leur apporter un soutien lorsque c’est nécessaire. Quatre axes stratégiques sont déclinés : 1/Prévenir et réduire les ruptures au cours de la vie de la personne 2/Prévenir et réduire les ruptures selon les publics et les territoires 3/Prévenir et réduire les ruptures entre la psychiatrie et son environnement sociétal 4/Prévenir et réduire les ruptures entre les savoirs.
  • IDRAC (Francis), ALLAIRE (Luc). L’essentiel 2011 : rapport de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie. Paris : CNSA ; 2012.
    http://www.bdsp.ehesp.fr/Fulltext/4...
    L’Essentiel 2011 retrace les grandes lignes du rapport de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie, approuvé par son Conseil en avril 2012, puis édité dans son intégralité en juillet. L’année 2011 aura été celle du débat public sur la dépendance - débat auquel la CNSA a participé et contribué, de même que de nombreux membres de son Conseil. Le débat ayant posé la question des aidants, le Conseil de la CNSA s’est emparé de la problématique du soutien aux aidants familiaux dans un grand chapitre prospectif publié dans le rapport. On retrouve, en page 22 de cet Essentiel, ses vingt et une préconisations qui contribueront à mettre dans le débat public et dans le chantier des réformes à venir un regard renouvelé et une synthèse de qualité sur un enjeu crucial pour les équilibres sociaux et sociétaux des années à venir. (RA).
  • FOLLIGUET (Marysette), SCHVALLINGER (Florence), ELAMRANI (Nadia). La santé bucco-dentaire de la personne âgée. LA SANTE DE L’HOMME 2012/01-02 ;(417):34-35.
    http://www.bdsp.ehesp.fr/Fulltext/4...
    De nombreuses personnes âgées, dépendantes ou non, ont un état dentaire préoccupant, faute de prévention et de soins adaptés. Les experts soulignent la nécessité d’intégrer la santé bucco-dentaire à la promotion de la santé générale, et de former les professionnels - soignants et aidants - qui côtoient les personnes âgées au quotidien. Seules des interventions pluridisciplinaires permettent d’améliorer la santé bucco-dentaire et donc la qualité de vie de ces personnes.
  • Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie. (C.N.S.A.). Paris. FRA, Ministère des affaires sociales et de la santé. Direction générale de la cohésion sociale. Paris. FRA. Accueils de jour, hébergements temporaires : rapports d’activités 2011. 2012.
    http://www.bdsp.ehesp.fr/Fulltext/4...
    L’étude confirme que les accueils de jour s’intègrent de plus en plus dans leur environnement en nouant des partenariats avec les CLIC ou les réseaux gérontologiques, avec des établissements comme les EHPAD ou les hôpitaux et avec les services à domicile. C’est également le cas des structures d’hébergement temporaire. Cette coordination entre acteurs assure un meilleur suivi des personnes âgées tout au long de leur parcours. Elle est également prépondérante pour les aidants, lors du retour à domicile de leur "aidé" après un séjour en hébergement temporaire.
  • DONIOL-SHAW (G.), DUSSUET (A.), HENRARD (J.C.), WEBER (F.). Quels métiers de l’aide médico-sociale aux personnes handicapées et dépendantes ? Paris : Terra Nova ; 2012.
    http://www.bdsp.ehesp.fr/Fulltext/4...
    La montée du salariat des femmes et le vieillissement des populations amènent à repenser la prise en charge des personnes handicapées et dépendantes. Si le principe de la délégation au moins partielle de cette aide à des salariés semble acquis, la question du financement et du statut de ces emplois a focalisé le débat public. Ce rapport de Terra Nova plaide pour l’organisation d’une aide de type professionnel, destinée pour la plupart des cas à compléter l’aide des proches et à "aider les aidants" en repensant l’emploi et les qualifications dans les métiers de l’aide, en proposant de construire un véritable secteur médico-social regroupant les différentes modalités de la prise en charge professionnelle des personnes handicapées et dépendantes, en établissement et à domicile, dans le respect des intérêts de ces personnes et de leur entourage. (R.A.).
  • DANGAIX (Denis), VERNY (Marc). Les signes de la maladie d’Alzheimer, notamment les plus précoces, restent encore méconnus de la population. LA SANTE DE L’HOMME 2012/03-04 ;(418):5-6.
    http://www.bdsp.ehesp.fr/Fulltext/4...
    Entretien avec le professeur Marc Verny, neurologue et gériatre, responsable du centre de gériatrie de l’hôpital Pitié-Salpêtrière (Paris). "Les signes de la maladie d’Alzheimer, notamment les plus précoces, restent encore méconnus de la population". Pour le professeur Marc Verny, l’enquête de l’Inpes sur la maladie d’Alzheimer, présentée ci-avant, confirme le déficit d’information dont souffre la population, en particulier sur les signes de début de cette maladie. Ce spécialiste prend acte des avancées réalisées au cours des dernières années, mais pointe la grande difficulté que représente l’annonce du diagnostic. Il souligne aussi que certains aidants souffrent, non d’un manque mais, paradoxalement, se plaignent de trop d’intervention à domicile. Globalement, c’est en informant mieux le public que l’on continuera à faire évoluer l’image sociale de cette pathologie.
  • HUBERT (E.). L’éthique au coeur des pratiques. 2011/12/08 ; Paris. FRA. Paris : Fnehad ; 2012/02.
    http://www.bdsp.ehesp.fr/Fulltext/4...
    Ce document retrace les échanges pluri-professionnels de la XVe Journée Nationale de l’Hospitalisation à Domicile. Les trois tables rondes ont permis d’apporter des éléments de réponse aux questions suivantes : Comment concilier les exigences de l’hospitalisation à domicile et le respect des choix du patient ? Comment préserver l’équilibre familial dans un projet de soins complexe qui sollicite tant les aidants ? Comment concilier viabilité économique des établissements et progression du coût des prises en charge ?
  • ELFRIEDE RINNENBURGER (Dagmar), ALMA (Giuseppe-Mario), BIGIONI (Domenico), BRUNETTI (Giuseppe), LIBERATI (Carlo), MAGLIACANI (Vinicio), MONACO (Gianluca), REGGIANI (Lino), TARONNA (Giovanni), CECCHINI (Luca). End-of-life decision making in respiratory failure. The therapeutic choices in chronic respiratory failure in a 7-item questionnaire. ANNALI DELL’ ISTITUTO SUPERIORE DI SANITA 2012 ;48(3):328-333.
    http://www.bdsp.ehesp.fr/Fulltext/4...
    Introduction. The transition from paternalistic medicine to a healthcare culture centred on the patient’s decision making autonomy presents problems of communication and understanding. Chronic respiratory failure challenges patients, their families and caregivers with important choices, such as invasive and non-invasive mechanical ventilation and tracheostomy, which, especially in the case of neuromuscular diseases, can significantly postpone the end of life. Material and Methods. A 7-item questionnaire was administered to 100 patients with advanced COPD, neuromuscular diseases and pulmonary fibrosis, all of them on oxygen therapy and receiving day-hospital treatment for respiratory failure. The objective was to find out whether or not patients, if faced with a deterioration of their health condition, would want to take part in the decision making process and, if so, how and with whom. Results. Results showed that : 90% of patients wanted to be interviewed, 10% preferred not to be interviewed, 82% wanted to be regularly updated on their clinical situation, 75% wanted to be intubated, if necessary, and 56% would also agree to have a tracheostomy. These choices have been confirmed one year later, with 93% of respondents accepting the questionnaire and considering it useful. Conclusions. It is possible to conclude that a simple questionnaire can be a useful tool contributing to therapeutic decision making in respiratory failure.
  • SKIRA (M.). Dynamic Wage and Employment Effects of Elder Parent Care. Chestnut Hill : Boston College ; 2012/03.
    http://www.bdsp.ehesp.fr/Fulltext/4...
    This paper formulates and estimates a dynamic discrete choice model of elder parent care and work to analyze how caregiving affects a woman’s current and future labor force participation and wages. Intertemporal tradeoffs, such as decreased future earning capacity due to a current reduction in labor market work, are central to the decision to provide care. The existing literature, however, overlooks such long-term considerations. I depart from the previous literature by modeling caregiving and work decisions in an explicitly intertemporal framework. The model incorporates dynamic elements such as the health of the elderly parent, human capital accumulation and job offer availability. I estimate the model on a sample of women from the Health and Retirement Study by efficient method of moments. The estimates indicate that intertemporal tradeoffs matter considerably. In particular, women face low probabilities of returning to work or increasing work hours after a caregiving spell. Using the estimates, I simulate several government sponsored elder care policy experiments : a longer unpaid leave than currently available under the Family and Medical Leave Act of 1993 ; a paid work leave ; and a caregiver allowance. The leaves encourage more work among intensive care providers since they guarantee a woman can return to her job, while the caregiver allowance discourages work. A comparison of the welfare gains generated by the policies shows that half the value of the paid leave can be achieved with the unpaid leave, and the caregiver allowance generates gains comparable to the unpaid leave.
  • Organisation Mondiale de la Santé. (O.M.S.). Genève. INT. Dementia : a public health priority. Genève : OMS oms  ; 2012.
    http://www.bdsp.ehesp.fr/Fulltext/4...
    The purpose of this report is to raise awareness of dementia as a public health priority, to articulate a public health approach and to advocate for action at international and national levels. Dementia is a syndrome that affects memory, thinking, behaviour and ability to perform everyday activities. The number of people living with dementia worldwide is currently estimated at 35.6 million. This number will double by 2030 and more than triple by 2050. Dementia is overwhelming not only for the people who have it, but also for their caregivers and families. There is lack of awareness and understanding of dementia in most countries, resulting in stigmatization, barriers to diagnosis and care, and impacting caregivers, families and societies physically, psychologically and economically. The report is expected to facilitate governments, policy-makers, and other stakeholders to address the impact of dementia as an increasing threat to global health. It is hoped that the report will promote dementia as a public health and social care priority worldwide.
  • MARBOT (C.). Projections du coût de l’APA et des caractéristiques de ses bénéficiaires à l’horizon 2040 à l’aide du modèle Destinie. Paris : Insee ; 2012/01. (Document de travail Insee ; G 2012/10.)
    http://www.bdsp.ehesp.fr/Fulltext/4...
    Confrontés au vieillissement de leur population, les pays développés font face au défi de fournir une aide à un nombre croissant de personnes âgées dépendantes. Il est donc crucial de connaître le nombre de personnes qui seront concernées et, étant donnés les systèmes de retraite et de protection sociale, combien leur prise en charge coûtera. Le modèle de microsimulation des retraites’Destinie’a été étendu en 2011 de façon à rendre possibles des projections dans le cadre de la réforme de la dépendance. Pour cet exercice, la microsimulation présente l’avantage de simuler des trajectoires au niveau individuel, ce qui permet de projeter un agrégat en tenant compte de l’évolution dans le temps de la distribution des caractéristiques individuelles. Elle rend également possible la prise en compte de barèmes complexes (non linéaires) qui demandent un calcul au niveau individuel. Ce document présente la méthode de mise en oeuvre d’un "module dépendance" dans le modèle Destinie et ses résultats. Une première série de résultats concerne la caractérisation de la population des dépendants et la présence d’aidants. Dans un deuxième temps, différentes variantes portant sur les tendances démographiques et économiques ont été considérées pour estimer une partie du besoin futur de financement de la dépendance, celle liée à l’APA. Il représenterait entre 0,54% et 0,71% du PIB à l’horizon 2040, selon le degré d’optimisme du scénario.
  • Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie. (C.N.S.A.). Paris. FRA, Ministère des affaires sociales et de la santé. Paris. FRA, Direction générale de la cohésion sociale. Paris. FRA. Rapports d’activités 2011 : Equiques spécialisées Alzheimer à domicile (ESA), Pôle d’activités et de soins adaptés (PASA), Unités d’hébergement renforcées (UHR) (mesures 6 et 16 du plan Alzheimer 2008-2012). 2012.
    http://www.bdsp.ehesp.fr/Fulltext/4...
    La maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées progressent avec l’âge : à partir de 85 ans, une femme sur 4 et un homme sur 5 sont touchés. Plus de 800 000 personnes seraient touchées par la maladie d’Alzheimer ou une maladie apparentée en France. Parmi les malades, 550 000 sont suivis médicalement (évaluation fin 2009) dont 350 000 bénéficient d’une prise en charge au titre de l’affection longue durée. Au-delà des malades eux-mêmes, les aidants familiaux et l’entourage sont souvent les secondes victimes. Le plan Alzheimer 2008-2012 se décline en 44 solutions concrètes sur 5 ans financées à hauteur de 1,6 milliard d’euros, dont 1,2 milliard pour le volet médico-social. Dans le champ médico-social, plusieurs dispositifs innovants ont été créés et sont en cours de déploiement. Il s’agit notamment : - des équipes spécialisées Alzheimer (ESA - mesure n° 6) créées pour faciliter la prise en charge des malades à domicile au début de maladie et permettre aux malades d’utiliser leurs capacités restantes ; - des pôles d’activités et de soins adaptés et des unités d’hébergement renforcées (PASA et UHR mesure n° 16) pour améliorer la prise en charge des malades souffrant de troubles du comportement en établissement. Les services et établissements concernés ont répondu à l’enquête en 2012 sur leur activité réalisée durant l’année 2011. Il s’agit de la première enquête significative d’activités pour ces dispositifs. (RA).