• Accueil
  • Législation
  • Valse d’adaptation d’un traitement médicamenteux, de son suivi et de sa toxicité, dans... les pharmacies

Valse d’adaptation d’un traitement médicamenteux, de son suivi et de sa toxicité, dans... les pharmacies

Publié le 11.04.2011 | Mise-à-jour le 12.04.2011 | par Hélène Fagherazzi-Pagel

Pour douze mois maximum, le patient malade chronique pourra être pris en charge par un "pharmacien correspondant"


C’est la Loi n° 2009-879 du 21 juillet 2009, "portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires’", dite loi HPST, qui l’avait prévu. Les "transferts d’activités ou d’actes de soins" y sont exactement nommés ainsi, comme la "réorganisation de leurs [les professionnels de santé] modes d’intervention auprès de lui [du patient] (voir le Code de la santé publique et nos entrées Chronisanté sur la coopération entre professionnels de santé coopération entre professionnels de santé Délégation de soins dans un passé proche, il s’agit en cette deuxième décennie du XXIe siècle de coopération entre métiers de la santé au sens large. (ex-"délégation de soins délégation de soins En santé, il exprime le fait de déléguer une tâche, jusqu’alors dévolue au médecin, auprès d’autres soignants, au sein d’une équipe de soins de santé primaire (ou de "premier recours"). Voir définition documentée dans le Coopération entre professionnels de santé. "), en source ci-dessous).

Avec le décret paru au journal officiel du 7 avril 2011 : "Le patient est informé, par les professionnels (...) de l’engagement dans un protocole impliquant d’autres professionnels de santé dans une démarche de coopération interdisciplinaire." "Pharmacien correspondant" est la dénomination de celui qui jouera ce rôle de transmission entre le malade et le médecin traitant, qui devrait faciliter l’ajustement des posologies des médicaments prescrits initialement. Cette précision devrait en effet figurer sur la 1re ordonnance : "posologies minimales et maximales" (ceci semble peu compréhensible pour le patient qui détient l’ordonnance, Ndlr ?). Mais aussi : "dans le cadre de la prise en charge d’une maladie chronique, pendant une période ne pouvant excéder douze mois [...] le pharmacien recense les effets indésirables et identifie les interactions avec d’autres traitements en cours dont il a connaissance (...)"

La question d’une éventuelle rémunération pour ces actes n’est pas mentionnée dans ce texte de loi. De plus, la forme que prendra ce nouveau "colloque singulier [1]" reste à inventer, et son lieu reste à définir.


Source :

Loi HPST :

Voir nos entrée Chronisanté

Coopération "interdisciplinaire"

Glossaire


[1] La rencontre et le dialogue entre soignant et soigné.